mardi 13 novembre 2018

Marc 13/24-32 La fin des temps - dimanche 18 novembre 2018





Je reprends à peu de modifications près le sermon que j'avais proposé à la même date en 2012. J'attire cependant votre attention sur l'actualité catastrophique de la situation en Californie.

24  Mais en ces jours-là, après cette détresse-là,

le soleil s'obscurcira,

la lune ne donnera plus sa clarté,

25 les étoiles tomberont du ciel,

et les puissances qui sont dans les cieux seront ébranlées.

26 Alors on verra le Fils de l'homme venant sur les nuées avec beaucoup de puissance, avec gloire. 27 Alors il enverra les anges et rassemblera des quatre vents, de l'extrémité de la terre jusqu'à l'extrémité du ciel, ceux qu'il a choisis. 

28 Laissez-vous instruire par la parabole tirée du figuier : dès que ses branches deviennent tendres et que les feuilles poussent, vous savez que l'été est proche. 29 De même, vous aussi, quand vous verrez ces choses arriver, sachez qu'il est proche, aux portes.

30 Amen, je vous le dis, cette génération ne passera pas que tout cela n'arrive. 31 Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront pas.

Dieu seul connaît le moment de la fin

32 Pour ce qui est du jour ou de l'heure, personne ne les connaît, pas même les anges dans le ciel, pas même le Fils, mais le Père seul.



Jésus avait-il la même conception que nous de la fin des temps ? Voyait-il le déroulement de l’histoire de la même manière que ses contemporains?

- Sans doute pas.  Nous allons nous aventurer ce matin sur un terrain glissant dont les sectes se sont emparées : celui du grand jour final.  Discrètement nos  églises, leur ont laissé la place. Pourtant, de temps en temps il est bon que l’on fasse le point sur la question. En fait, qu’en est-il de cette question? 

Notre vision des choses finales est faite de craintes et d’inquiétudes  car nous avons pris l’habitude de croire que le monde courrait vers  une fin catastrophique. A force de l’imaginer et de le croire  nous avons fini par  être persuadés  que telle était la vision de Jésus lui-même. Pour nous conforter dans cette idée là, nous avons fini par sélectionner dans l’Ecriture les textes qui confortaient l’hypothèse d’une fin violente et nous avons ignoré les autres. Or dans ce passage l’Evangile utilise plusieurs interprétations qui ont été plus ou moins volontairement  entremêlées par les auteurs, même si elles sont   en contradiction les unes avec les autres.

L’auteur de l’Evangile emprunte d’abord une vision à Esaïe qui décrit des événements cosmiques inquiétants : « la lune s’obscurcira, les étoiles tomberont... » puis il cite le prophète Daniel disant qu’alors viendra le fils de l’homme. Ensuite l’auteur raconte comment en bon observateur des choses le croyant  peut repérer la venue du Fils de l’homme seulement en regardant les rameaux verdir au printemps.

A la fin du récit, l’auteur prête à Jésus des propos plus inquiétants en suggérant  une fin tragique pour le monde  avant  la fin de cette  génération. Vu le mélange des genres rassemblés ici en quelques lignes, on peut se demander si Jésus pense à une fin tragique du monde  ou s’il suggère  que le mode est en train d’accomplir calmement son destin ?  Vous avez déjà compris, que je ne vais pas trancher sans avoir vraiment compris de quoi Jésus parle. Il dit encore que nul ne connaît ni le jour ni l’heure, pas même le Fils, c’est-à-dire qu’il n’y a pas urgence à s’inquiéter.  Cette question ne nous concerne donc pas  directement et nous n’avons donc pas à nous la poser.

Mais alors de quoi est-il question quand  l’Evangéliste Marc  emprunte à Esaïe cette histoire d’étoiles qui tombent ou de ciel qui s’obscurcit, et pourquoi dit-il encore que c’est aussi évident que la venue du printemps ? En fait il ne parle pas de la fin des temps ou de la fin du monde, mais de la venue du Fils de l’homme, et c’est nous qui avons mêlé les deux événements. C’est nous qui dans notre logique avons fait du retour du Christ la condition nécessaire pour que se produise la fin des temps.

Les théologiens, contemporains de Jésus nous ont maintenus dans cette confusion. En effet certains textes bibliques mêlent la bonne nouvelle de la résurrection et l’attente du Messie. Les deux événements se confondaient dans leur esprit. Pour la pensée juive, le Messie devait  arriver à la fin des temps, et nous avons fait entrer cette conviction dans notre propre manière de penser en disant simplement que  le retour du Christ dans la pensée Chrétienne correspondait  à la venue du Messie pour les juifs.  Mais était-ce la bonne manière de voir les choses ?

C’était un peu simpliste. En effet si la foi chrétienne affirme que le Christ sera présent à la fin des temps, elle affirme aussi, et c’est l’essentiel de notre foi  que depuis la Pentecôte, le Christ ne cesse pas d’être présent parmi nous. A partir de cet événement, il est dans l’état d’un perpétuel retour.

Ainsi Jésus ne répond pas dans ces textes à la question qui nous hante: Comment  tout cela va-t-il finir,  mais il  nous interroge pour savoir comment nous percevons sa présence dans le monde, et il nous donne des points de repère.

Reprenant les grandes prophéties d’Esaïe, il fait allusion à des événements catastrophiques comme nous pouvons déjà en avoir déjà vécus, ou comme nous pouvons en avoir eu des témoignages et il nous interpelle au niveau de notre foi : « Savez-vous discerner la présence du Christ »  nous dit-il à partir de la prophétie sur les étoiles qui palissent et sur le ciel qui s’obscurcit « quand des catastrophes incompréhensibles s’abattent sur le monde et font des milliers de victimes ?

 Même dans ces conditions, nous dit Jésus,  même dans les moments les plus obscures, le Christ reste présent pour rassembler et soutenir ceux qui croient en lui. Il nous exhorte alors au milieu des catastrophes pour nous rappeler que quand les violences sont déchaînées, quand les atrocités voilent pour un temps la vision du Christ et quand les cris d’horreur couvrent sa voix, le Fils de l’homme c’est à dire Jésus Christ n’en reste pas moins maître de notre situation.  Si des événements contraires sèment la terreur et la mort sur leur passage le Christ continue à maintenir ouvertes les portes de son Royaume pour ceux qui brutalement cessent de vivre.  Même quand  la mort semble victorieuse, le Christ  se présente toujours comme le vainqueur de la mort. Jésus n’a jamais caché que notre vie n’était pas seulement de ce monde.

 Il nous a habitués à croire que nous étions promis à la résurrection et il ne veut pas que nous perdions cette assurance quand la folie des hommes ou des éléments s’empare pour un temps de l’histoire.  Dieu laisse les hommes conduire l’histoire du monde, c’est pourquoi il parait parfois absent, mais il continue silencieusement à inspirer, conduire et diriger ceux qui se confient en lui. Seuls les croyants ont alors le privilège de le reconnaître et de l’entendre, et c’est parce qu’ils l’entendent qu’ils ne cessent d’espérer.

Ne croyez pas que je prenne la voie de la facilité pour dire cela. J’exprime ici mes convictions les plus profondes qui me poussent à croire que dans les événements les plus destructeurs, le Christ reste maître de la situation, même si on ne le voit pas.

Mais les événements ne sont pas toujours violents, la vie s’écoule bien souvent d’une manière plus paisible. Les jours succèdent aux jours et on va de Noël à Pâques sans heurt et sans histoire, si bien que dans ces situations là aussi, on est amené à se poser la même question que précédemment : « Le Christ est-il visible parmi nous? »

Or il ne semble pas à première vue qu’il soit vraiment encore présent?

Les messages issus des milieux religieux ne présentent rien de pertinent et ne répondent pas  aux inquiétudes des peuples en quête d’interventions divines significatives. Malgré le calme apparent, des bruits de guerres se font plus précis et inquiètent,  les humains qui se demandent où va le monde. 

Pourtant la présence bienveillante de Dieu est visible à l’œil  nu prophétise Jésus. Il est visible dans tous les gestes d’amour, dans les gestes de tendresse naïve ou maladroite, dans cette poignée de main donnée qui réconforte l’homme abandonné, ou dans ce regard amical adressé au condamné qui se désespère. Il est visible dans ce baiser que l’on vous donne et que l’on n’attend pas, dans ce sourire qu’un inconnu vous adresse au moment où le courage vous quitte. Il est dans ces relations de tous les jours qui mettent du soleil dans la vie. Toutes  ces choses  peuvent être mièvres ou à peine perceptibles, elles n’en sont pas moins des signes discrets par lesquels le Christ  est bien de retour parmi nous et qu’il nous réconforte.  Il nous faut apprendre ainsi à discerner dans le quotidien tous les petits miracles qui frémissent de  la présence du Christ.

Nous devons retenir de ce message de Jésus aux siens pour qui  sa présence effective au monde ne se voit pas forcément. Il faut que chacun apprenne à porter sur les êtres qui l’entourent ce même regard que Jésus porte sur eux afin que ceux qui doutent et qui désespèrent puisse discerner la présence de Dieu et de son Christ dans le monde.  Sa présence ainsi repérée chaque jour nous entraîne doucement avec lui jusqu’au jour du grand face à face qui sera le premier d’une nouvelle série, mais nul n’en sait ni le jour ni l’heure.

lundi 29 octobre 2018

Marc 12/28-34: le premier de tous les commandements - dimanche 4 novembre 2018


.Marc 12 :28-34 Le premier de tous les commandements -

28 Un des scribes, qui les avait entendus débattre et voyait qu'il leur avait bien répondu, vint lui demander : Quel est le premier de tous les commandements ? 29 Jésus répondit : Le premier, c'est : Ecoute, Israël ! Le Seigneur, notre Dieu, le Seigneur est un, 30 et tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ton intelligence et de toute ta force. 31 Le second, c'est : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n'y a pas d'autre commandement plus grand que ceux-là.

32 Le scribe lui dit : C'est bien, maître ; tu as dit avec vérité qu'il est un et qu'il n'y en a pas d'autre que lui, 33 et que l'aimer de tout son cœur, de toute son intelligence et de toute sa force, et aimer son prochain comme soi-même, c'est plus que tous les holocaustes et les sacrifices. 34 Jésus, voyant qu'il avait répondu judicieusement, lui dit : Tu n'es pas loin du royaume de Dieu. Et personne n'osait plus l'interroger.


Que serait le monde sans amour ? Les poètes l’ont chanté, les peintres l’ont représenté et notre tête est remplie de souvenirs d’amours passées qui subsistent peut être encore et qui enchantent notre mémoire. Sans amour, l’humanité  disparaîtrait dans l’oubli et dans la mort. Comment pourrait-on vivre si personne n’éprouvait l’ombre d’un sentiment pour nous ou si nous n’éprouvions aucun sentiment pour personne. Jésus a bien vu que les hommes ne peuvent vivre sans l’amour qu’ils échangent avec leurs semblables, c’est pourquoi à la demande d’un jeune scribe sympathique il a extrait des 613 articles de la loi deux commandements  dont l’un parle de l’amour de Dieu et l’autre de l’amour du prochain.

L’amour est un sentiment que l’on a du mal à analyser. Il provient du plus profond de nous-mêmes et fait vibrer notre âme d’une manière exquise sans que l’on sache vraiment quels en sont les causes. Cependant chacun de ses  effets embellit tellement la vie  qu’elle se trouve radicalement transformée. L’amour  fonctionne comme un moteur qui fait avancer notre vie sur la voie du bonheur. Il se cache dans tous les recoins de l’être et arrache de notre cœur des sentiments d’extase et d’exaltation pour une autre personne qui ne provoque apparemment pas les mêmes émotions chez les autres. Au lieu de s’en tenir à ces constatations bucoliques,  les chercheurs ont voulu aller plus loin et ils ont édulcoré la beauté du sentiment. Ils ont parlé de phéromones et d’autres substances chimiques qui seraient à l’origine du phénomène. Mais peu importe, contentons-nous de constater que ce phénomène fonctionne et que nous profitons de  ses effets.

L’Amour  n’est pas seulement suscité par d’autres personnes au contact desquelles nous nous trouvons. Il peut être provoqué en nous par toutes sortes de choses. C’est ainsi qu’on aime certaines musiques, qu’on s’attache à certaines peintures, que l’on apprécie le confort d’une maison ou d’une voiture, c’est pourquoi on se laisse aller à dire  que nous aimons tel objet, voire même telle situation. Ce sentiment s’empare tellement de notre vie qu’on arrive même à ne plus l’écrire ou le décrire. On  a fini par le représenter  par des icônes en forme de cœurs. On l’imprime même sur nos tees shirts pour dire que l’on ne peut vivre sans amour.
Conscients de la nécessité de ce sentiment et du bien qu’il nous procure, nous nous engageons cependant sur les chemins de la vie en laissant sur notre passage des sentiments d’indifférence, d’hostilité ou de haine qui mettent à mal  toute cette quiétude que nous venons d’évoquer. Nous nous comportons  comme si nous avions comme un malin plaisir à  abimer ce qui nous fait du bien.  Nous véhiculons sur notre passage des comportements qui désenchantent notre vie, alors que tout devrait fonctionner  pour la rendre  belle et ouverte à l’avenir. On a donc raison de dire que l’homme est un être bizarre qui connaît la marche à suivre pour être heureux mais qui délibérément en utilise une autre.

Ce serait aller un peu vite en besogne que de dire que tout cela est la cause du péché, même si nous serons amenés à  considérer à la fin de notre propos que c’est la seule réponse possible. Il me semble avant tout que l’on exclue de notre comportement celui qui, à l’origine, est l’inventeur de l’amour : Dieu. En effet, quand on prononce le nom de Dieu, ce n’est pas  au sentiment d’amour que l’on pense en premier, sauf exception.  Quand on pense à Dieu, on fait référence  à des notions de toute puissance, de création, de péché, mais  on ne pense au mot «amour» que si on est un pratiquant de la foi chrétienne, et encore ce sentiment n’arrive pas en tête dans l’ ordre des valeurs concernant Dieu.

Or Jésus va consacrer toute sa vie à nous dire  que ce sentiment doit être premier et qu’il ne peut y avoir de relation à Dieu sans amour.  C’est par là que l’on doit commencer quand on veut parler de Dieu aux hommes. Pourtant, la plupart du temps, ce n’est pas par-là que l’on commence. Où est  donc l’origine de ce  dysfonctionnement ?

C’est sans doute notre tradition qu’il faut incriminer parce qu’elle  présente les préceptes de la Bible comme des commandements. Elle considère que  la pratique de l’amour doit-être soumise à un ordre venu d’en haut : « tu aimeras » est-il dit. Or l’amour est un sentiment que l’on ne commande pas. On  ne peut nullement aimer sur ordre, même sur ordre de Dieu. On a cependant considéré depuis toujours que le terme de « commandement » était le mieux approprié pour parler de notre relation à Dieu. Pourtant, le Livre du Deutéronome parle plus volontiers de « paroles » que de « commandements ».  Ce mot de parole, derrière lequel se cache  le pouvoir créateur de Dieu, exprime  plus un souhait de sa part qu’un ordre. En effet, notre relation avec Dieu relève plus du désir de vivre ensemble que de l’obligation  de le faire. Notre désir se portera d’autant plus vers Dieu que nous nous sentirons libres de le faire.

Mais on ne change pas aussi facilement des siècles de tradition. Jésus s’y est attaqué en nous présentant Dieu sous un autre visage que celui du maître exigeant et contraignant. Il a préféré celui du Père aimant, soucieux du mieux-être de ses enfants, mais curieusement, les évangélistes qui nous ont rapporté son enseignement ont conservé un mot grec qu’il est d’usage de traduire par « commandement ». Nous ne dérogerons pas à cette règle à notre tour, mais nous nous souviendrons intérieurement que  Jésus en appelle d’abord à la qualité de nos sentiments envers Dieu et envers les autres.

A peine ce premier obstacle levé, en voici un autre qui se dresse sous nos pas. Il s’agit de ce celui provoqué par Dieu lui-même.  Jacques Brel dans une de ses chansons célèbres disait : « Que connais-tu de Dieu grand Jacques ?... Tu ne connais rien de lui. » Jacques Brel sans le vouloir avait soulevé un obstacle majeur. On ne peut aimer  Dieu que si on le connaît, or  on ne le connaît pas vraiment. Certes, on nous a parlé de lui, on nous l’a décrit comme un Dieu tout puissant et maître de l’univers,  un Dieu qui prononce le premier et le dernier mot de toute vie. Un tel Dieu provoque la crainte et le respect, mais ne suscite aucun sentiment d’amour. Pour l’aimer, il faut le connaître, pour le connaître, il faut le rencontrer.

Toute la Bible nous parle de rencontre avec Dieu. Ce fut d’abord celle d’Abraham qui parlait face à face avec lui. Ce fut aussi Jacob qui lutta avec lui ou Moïse qui le reconnut dans un buisson de feu. Une telle rencontre doit aussi devenir la nôtre. Elle peut se faire de mille façons, mais la plus part du temps, elle se fait dans l’intimité de sa vie personnelle. Cela peut avoir lieu dans le secret d’une descente  à l’intérieur de nous-mêmes, dans l’intimité de notre cœur, là où Dieu nous attend et développe avec nous une relation intime qui lentement devient de l’amour et nous rend dépendants l’un de l’autre.

Si cette vie intime avec Dieu nous comble de bien être, Jésus nous révèle que ça ne peut pas s’arrêter là et que l’amour avec Dieu perdra de sa vigueur au risque de s’éteindre définitivement   si nous ne l’accompagnons pas d’actes concrets à l’égard des autres. Ce sont ces actes qui réjouissent Dieu et qui alimentent son amour pour nous. C’est ce que Jésus nous rappelle dans le deuxième commandement. Le prochain devient pour nous celui en qui se réalisent nos gestes d’amour pour Dieu, car Dieu cache son visage derrière celui de ceux que nous rencontrons. Dieu et notre prochain confondent leur visage en un seul et Dieu ne peut être vraiment connu que dans la mesure où on l’a reconnu dans l’autre.

Quand Jésus nous demande d’aimer notre prochain, il ne nous demande pas de faire un effort particulier, il nous invite simplement à exprimer par des actes à l’égard des autres les sentiments que Dieu provoque lui-même en nous. L’amour des autres devient automatiquement la conséquence de l'amour que nous avons pour Dieu
La réciproque n’est pas forcément vraie. Certains ont conservé par devers eux  une image tellement altérée de Dieu à cause des violences que les hommes pratiquent entre eux qu’ils peinent à  éliminer cette image que des siècles d’histoire leur ont transmise. Les guerres que les hommes se sont faites au nom de Dieu et qu’ils continuent à se faire,  ont grandement  contribué à altérer son image si bien  que ces gens  peuvent aimer les autres sans que cet amour fasse naître en eux un sentiment pour Dieu. Il nous faut donc travailler à rendre crédible cette image de Dieu qui abandonne sa toute- puissance au profit de sa relation paternelle avec chacune et chacun de nous. Si par contre,  notre relation avec les autres hommes n’est pas bonne et se détériore, c’est que notre relation à Dieu n’est pas bonne non plus. Notre relation avec les autres s’améliorera forcément du fait que nous nous attacherons à améliorer notre relation à Dieu.

mercredi 17 octobre 2018

Marc 10/46-52 Les chemins de la vie dimanche 28 octobre 2018


Marc 10/46-52 :Les chemins de la vie


46 Ils viennent à Jéricho. Et comme il sortait de Jéricho, avec ses disciples et une foule importante, un mendiant aveugle, Bartimée, fils de Timée, était assis au bord du chemin. 47 Il entendit que c'était Jésus le Nazaréen et se mit à crier : Fils de David, Jésus, aie compassion de moi ! 48 Beaucoup le rabrouaient pour le faire taire ; mais il criait d'autant plus : Fils de David, aie compassion de moi ! 49 Jésus s'arrêta et dit : Appelez-le. Ils appelèrent l'aveugle en lui disant : Courage ! Lève-toi, il t'appelle ! 50 Il jeta son vêtement, se leva d'un bond et vint vers Jésus. 51 Jésus lui demanda : Que veux-tu que je fasse pour toi ? — Rabbouni, lui dit l'aveugle, que je retrouve la vue ! 52 Jésus lui dit : Va, ta foi t'a sauvé. Aussitôt il retrouva la vue et se mit à le suivre sur le chemin.


Il arrive que les chemins de la vie ressemblent plus au parcours dans le désert que vécurent les hébreux qu’à un long fleuve tranquille. Les Hébreux savaient que Dieu était présent à leurs côtés, mais ils sollicitaient continuellement son intervention sans toujours grand succès, et cela durait dirait depuis 40 ans. Quant à nous, sans vraiment nous en rendre compte, nous suivons un parcours semblable. Nous savons que Dieu est présent dans notre existence, mais nous ne le sentons pas toujours très efficace, les jours se déroulent au hasard du temps, et quand celui-ci se montre hostile, comme les Hébreux nous crions vers Dieu, puis les choses se calment, l’habitude reprend ses droits. De même les Hébreux avançaient dans le désert et traçaient leur chemin au milieu des cailloux vers des oasis plus ou moins accueillants leurs pas oscillants entre espoir et résignation jusqu’au jour où Jéricho leur opposa ses murailles imposantes.



La vérité de leur parcours avec Dieu allait-elle s’achever là ? Il arrive pour nous aussi que des défis semblables se posent à nous et mettent en cause la réalité de Dieu.  Leur chemin  ne pouvait que s’arrêter là, à moins que la muraille ne s’écroule et laisse entrevoir l’espérance que donne la terre promise. C’est parfois un événement aussi provoquant qu’une muraille que l’on croit indestructible qui  s’écroule sans qu’on y touche qui nous révèle que Dieu agit pour nous et qu’il nous offre une vi pleine d’espérance. Cela se passe parfois et notre vie s’en trouve changée. A nous de savoir lire la présence de Dieu dans les événements que nous vivons.  Et pourtant il ne semble pas  forcément que Dieu ait fait grand-chose cette fois-là, pas plus qu’une autre  fois sans doute, mais   il a fait jaillir en nous une foi qu’on ne soupçonnait pas et qui  a tout changé, du tout au tout  dans notre perspective de vie.



A Jéricho l’accumulation des difficultés de 40 ans de marche dans le désert avait dressé devant ce peuple  incrédule une muraille d’incompréhension qui les empêchait d’avancer. Ce fut pour eux le moment de vérité qui allait leur permettre de comprendre qui était ce Dieu qui les avait guidés sans qu’ils sachent vraiment qui il était.



C’est à ce moment précis de leur histoire, que la foi des Hébreux s’est concrétisée en espérance de vie. Ils étaient placés sous la conduite de Josué.  Josué  est le même nom que Jésus. En dépit de la violence qu’on lui prête, il joue dans ce passage un rôle semblable à celui de Jésus : celui de dire l’action de Dieu quand les  hommes ne savent plus où Dieu se situe. C’est ainsi qu’il conduisit son peuple à découvrir l’action de Dieu dans un mur qui s’écroule sans que personne n’en ait ébranlé une seule pierre.  C’est là où l’aventure nous a conduit et c’est là, que nous aussi, nous allons nous interroger sur notre propre foi.



C’est  précisément à Jéricho - est-ce un hasard ? - que Jésus a ouvert les yeux de Bartimée qui cherchait la lumière et appelait à l’aide à grands cris. C’est aussi à Jéricho, qu’à califourchon sur sa branche de sycomore, que Zachée a compris le sens de sa vie et que sa quête de Dieu a trouvé le chemin de la foi. C’est aussi sur la route de Jéricho que Jésus a campé l’histoire d’un Samaritain qui a secouru un homme qui est devenu son prochain. Il  révèle  alors que c’est l’attention que l’on porte à son prochain  qui donne du sens à notre vie. C’est  en le respectant que l’on opère la volonté de Dieu.  C’est ce que fit à l’origine Rahab la prostituée de Jéricho qui a sauvé la vie des espions de Josué  sans se soucier  sur le moment de sauver la sienne. Elle .mettait ainsi en pratique un Evangile qui n’avait pas encore été révélé.



Chacun de nous prend maintenant sa place parmi tous ces gens qui ont fréquenté de près ou de loin Jéricho, car c’est là que pour eux comme pour nous Dieu va s’y révéler. N’oublions surtout pas Rahab, la prostituée dont on vient de rappeler l’exploit. En  sauvant  les espions au mépris de sa propre vie, elle reçut en récompense la vie sauve, ainsi que celle de sa famille lors du sac de la ville



En dépit du contexte violent dans lequel cette histoire nous est parvenue, Jéricho est devenu le lieu où la miséricorde divine se révèle. Dieu y est perçu comme le pourvoyeur de vie des petits et des humbles. C’est là que la vie de Zachée, de Barthimée, et de l’homme sauvé par le samaritain a été transformée.



 Avez-vous remarqué que 3  de ces personnages sont désignés par leur nom. Comme pour nous dire  que quand Dieu se fait présent dans notre vie, nous prenons une personnalité devant lui.  Seul le samaritain n’est pas nommé. Posez-vous la question en vous demandant pourquoi il ne l’est pas en attendant que  je vous donne mon interprétation  dans quelques instants.



A Zachée qui découvre son indignité devant Dieu, à Bartimée qui retrouve la vue malgré sa cécité, à tous ceux qui cherchent où l’action de Dieu en eux peut les mener, c’est le Samaritain qui indique la voie à suivre, car le sens de notre vie n’est pas en nous, il est dans l’action que chacun va mener pour son prochain. Si dans tous les personnages nommés tout à l’heure, seul le samaritain ne porte pas de nom c’est que Dieu espère pouvoir  lui donner le nôtre.




Maintenant, les biblistes, les exégètes et autres théologiens vont me reprocher d’avoir fait des rapprochements artificiels et de m’être joué de la saine théologie biblique. Ils auront raison. Je suis parti d’un texte de l’Evangile de Marc proposé par la liste de lectures bibliques pour ce jour et je l’ai à peine effleuré, il nous a rapporté l’histoire de Bartimée. Je me suis attardé sur deux textes de l’Evangile de Luc,  l’un concernant Zachée, l’autre le Samaritain. J’ai créé des rapports entre eux qui n’avaient pas lieu d’être et qui n’étaient pas évidents. Je les ai introduits à la suite de Josué, ce prototype de Jésus, dans l’histoire de la chute de Jéricho qui faisait obstacle à l’avancée des Hébreux.  J’ai tourné  toute cette histoire à l’avantage d’une prostituée qui pour sauver la vie des espions a trahi son peuple et a causé la mort de ses concitoyens.  Par tous ces artifices, j’ai voulu montrer que la présence de Jésus dans notre vie grâce,  à son  évangile provoquait un bouleversement semblable à celui qui se produisit à Jéricho, et qu’ainsi l’Evangile nous ouvre les  portes d’une vie différente dans laquelle  l’amour pour le prochain tient la place principale.

mardi 2 octobre 2018

Marc 10/2-16 le divorce Dimanche 7 octobre 2018






Marc 10 :2-16 - le divorce 
  

 dimanche 4 octobre 2015


                              



2 Des pharisiens vinrent lui demander, pour le mettre à l'épreuve, s'il est permis à un mari de répudier sa femme. 3 Il leur répondit : Que vous a commandé Moïse ? 4— Moïse, dirent-ils, a permis d'écrire une attestation de rupture et de répudier. 5 Jésus leur dit : C'est à cause de votre obstination qu'il a écrit pour vous ce commandement. 6 Mais au commencement de la création, Dieu les fit homme et femme ; 7 c'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère et s'attachera à sa femme, 8et les deux seront une seule chair. Ainsi ils ne sont plus deux, mais une seule chair. 9 Que l'homme ne sépare donc pas ce que Dieu a uni !

10 Lorsqu'ils furent à la maison, les disciples, à leur tour, se mirent à l'interroger à ce sujet. 11 Il leur dit : Celui qui répudie sa femme et en épouse une autre commet l'adultère envers la première, 12 et si une femme répudie son mari et en épouse un autre, elle commet l'adultère. 

 13 Des gens lui amenaient des enfants pour qu'il les touche de la main. Mais les disciples les rabrouèrent. 14 Voyant cela, Jésus s'indigna ; il leur dit : Laissez les enfants venir à moi ; ne les en empêchez pas, car le royaume de Dieu est pour ceux qui sont comme eux. 15 Amen, je vous le dis, quiconque n'accueillera pas le royaume de Dieu comme un enfant n'y entrera jamais. 16 Puis il les prit dans ses bras et se mit à les bénir en posant les mains sur eux.


Nous vivons avec en tête,  la vision  d’un monde désenchanté car,  notre perception de l’espèce humaine est souvent négative.  Nous voyons les humains comme des gens qui s’agressent entre eux, plus enclins à se quereller  et à se jalouser qu’à s’entraider. Ceux qui nous dirigent  visent plus à nous prémunir contre les actions hostiles des autres contre nous qu’à  nous stimuler pour aller vers eux en vue de les aider. Le vieil adage selon lequel il faut se préparer à la guerre si on veut vivre en paix relève plus que jamais de la sagesse des peuples et continue à être la règle de conduite de ceux qui désirent diriger les nations.

C’est surtout quand les relations humaines  sont mauvaises qu’elles suscitent notre intérêt et personne n’est vraiment intéressé  quand les choses  vont bien et que tout   se  passe sans heurt.

Ne soyons donc pas étonnés  si, ici la question du mariage est envisagée sous l’angle négatif du divorce. Dans notre monde, les démons ne restent pas inactifs, le démon de midi en particulier est toujours à l’œuvre,  celui de l’ennui et de  l’habitude, comme celui de la jalousie et du  désir d’aller voir ailleurs lui tiennent compagnie, et tous conjuguent leurs efforts pour détruire les foyers.

La longue histoire de l’humanité a estimé que le divorce était la solution la moins douloureuse pour régler les conflits conjugaux trop graves.  Plutôt que de s’accrocher à recoller les morceaux d’une union détruite il vaut mieux tout recommencer.  Connaissant Jésus comme nous croyions le connaître nous sommes surpris par sa réaction plutôt rigide, face aux pharisiens, ses habituels contradicteurs, qui se montraient plus permissifs en la matière.  Ils prêtaient même à Moïse une permissivité que la loi à proprement parler ne reconnaissait pas vraiment : celle de la lettre de divorce. En effet, qui à l’époque de Moïse aurait-il été capable d’écrire une telle lettre ?


Mais dira-t-on, le droit avait évolué depuis Moïse, c’est vrai, mais si c’était le cas, ce n’était plus Moïse qui l’aurait prescrit, mais les juristes qui au cours des siècles auraient assoupli les règles du divorce, là où Moïse lui-même n’avait rien prévu.


Pourquoi alors Jésus durcit-il le ton là où les successeurs de Moïse avaient assoupli la règle ?  Depuis le début de son ministère, on avait cru comprendre que Jésus prenait volontiers des libertés par rapport aux prescriptions de Moïse et qu’il en atténuait généralement la rigueur en préférant la souplesse de l’amour à la rigidité  de la loi. Quand il n’y avait plus d’amour entre deux personnes n’était-il pas  plus charitable de leur rendre leur liberté plutôt que de les contraindre à vivre ensemble une vie commune qui n’avait plus d’intérêt pour eux ?


 On aurait pu penser que la rigidité de Jésus visait à protéger la femme rejetée qui se retrouvant seule dans la nature n’avait d’autre solution que de retourner chez ses parents. Mais ses parents étaient-ils encore de ce monde et pouvaient-ils la recevoir ? Dans le cas contraire,  elle était destinée à la prostitution et on pensait que Jésus aurait voulu la préserver de ce sort peu enviable, mais ici, ce n’était pas le cas. Jésus ne fait aucune allusion à une telle situation. Contrairement à notre attente Jésus défend une solution radicale que l’on a de la peine à expliquer.

 Curieusement cette position  est restée la règle dans beaucoup d’églises qui veulent ainsi marquer leur fidélité à Jésus. En fait cette rigidité qui rend tant de gens malheureux aujourd’hui était-elle vraiment l’expression de la volonté du Seigneur ? Nous allons essayer de suivre sa logique  au risque de trouver l’expression d’une attitude  plus nuancée voire même très différente de celle que le texte laisse entendre.

Avez-vous remarqué que Jésus parle de la dureté du cœur, c’est-à-dire du péché pour justifier la nécessité de  l’assouplissement de la loi de Moïse revendiquée par les pharisiens. C’est par là que j’ai commencé ce sermon. J’ai dit que les hommes avaient une fâcheuse manière de voir le monde, car ils le voyaient sous un angle négatif. Ils considéraient que leur révolte contre Dieu était de l’ordre du normal, et que les humains étaient des rebelles à Dieu par nature. 

Il est donc normal pour nous de considérer que les humains aient exclu l’amour des comportements qu’ils ont entre eux. En affaire, par exemple, on ne fait pas de sentiment, et on met ce principe scrupuleusement en pratique.  Jésus quant à lui voit les choses autrement. Il ramène ses interlocuteurs au « commencement », au début de la création, dans un monde encore enchanté ou le péché n’avait pas encore fait son apparition. Ce monde avait été conçu par Dieu pour le bonheur des peuples. Au centre de ce monde, l’homme et la femme devenaient par l’amour qui les unissait un seul corps  et une seule âme.  Quand Jésus parle du Royaume qu’il nous invite à construire c’est cette image qu’il a en tête, et  il essaye de provoquer en nous  le  désir de retrouver cette période idyllique où les mythes  bibliques ont placé l’origine de l’humanité. Il nous entraîne à réfléchir au problème du divorce avec cette vision des choses à l’esprit.

Bien évidemment une telle approche  échappe totalement aux adversaires de Jésus et sans doute aussi à nous-mêmes. Car Dieu a totalement été  écarté du problème. Les adversaires de Jésus  parlent de loi et de règlement et  se demandent comment  appliquer la loi, et surtout comment la contourner. Ce faisant, Ils  espèrent que Dieu cautionnera  leurs arguments. Mais ni Dieu qu’on ne consulte pas vraiment,  ni l’amour qui préside à toutes les manifestations divines n’entrent ici  en ligne de compte. Curieusement, ceux qui sont les gardiens de la Loi et qui prétendent guider les peuples sous le regard de Dieu ont totalement omis Dieu dans leur manière d’aborder les problèmes qui concernent le couple humain quand celui-ci est en état de dysfonctionnement.

Jésus pour sa part réintroduit la présence de Dieu dans le problème. Il rappelle que l’enchantement du monde par la présence de Dieu est toujours d’actualité, mais il dit aussi que la dureté du cœur des hommes, fait continuellement déraper les projets de Dieu qui ne peuvent aboutir que par le pardon et l’amour. Il précise que dans l’intention créatrice de Dieu la rupture entre deux êtres qui s’aiment était  impossible, car l’amour est un ciment qui devrait résister à toute attaque hostile, c’est pourquoi, Jésus affirme qu’il est impossible qu’une rupture  se produise. C’est dans ce contexte idyllique de la création qu’il  place  son argumentation face à ses opposants. 

Mais l’impossible se produit parfois. L’amour peut  s’affadir. L’homme et la femme conçus  pour s’aimer  se séparent, s’isolent l’un de l’autre, deviennent indifférents l’un à l’autre et finalement en arrivent à se détruire mutuellement. Quand le  péché a fait son œuvre, seul Dieu peu alors gérer le problème. Le péché est une atteinte à Dieu et ses effets ne peuvent en être corrigés que par lui, qui en prodiguant son pardon permet de tout recommencer quand tout a été détruit.

 Le tort des adversaires de Jésus  est d’avoir voulu tenir Dieu à l’écart du problème, alors que le problème ne peut trouver de solution sans Dieu. C’est parce qu’ils avaient exclu Dieu que Jésus s’est montré sévère car pour lui, sans Dieu rien n’est possible.  Comme il le fait dans toutes les situations où il croise des humains en souffrance, Jésus  va donc aider chacun à se  reconstruire.

   S’il a déclaré que le couple uni devant Dieu ne pouvait pas être détruit, c’est qu’il voulait rappeler la force du principe créateur de Dieu. Quand  ce principe est attaqué par le péché au point de le détruire, Dieu seul peut nous prendre en charge en nous aidant à construire à nouveau l’avenir sans  jamais regarder en arrière. Une autre vie peut alors devenir possible, une autre forme d'amour peut alors trouver a place, mais le principe d'amour doit toujours rester premier, aussi bien dans le cas de la rupture que dans celui d'une nouvelle union.

Jésus n’a donc nullement l’intention d’enfermer ceux qui ne s’aiment plus dans une attitude impossible à tenir mais il demande d’œuvrer de telle sorte que le principe d'amour reste le premier dans tous les cas et de tout mettre en œuvre pour trouver des solutions qui  remettront  les ex-époux debout, et les rendront capables de participer à nouveau  à l’enchantement créateur de Dieu, qui pour un temps les avait quitté.

dimanche 23 septembre 2018

Marc 9/38-48 Faut-il se faire violence pour plaire à Dieu? dimanche 30 septembre 2018


Marc  9/38-48



38 Jean lui dit : Maître, nous avons vu un homme qui chasse les démons par ton nom et nous avons cherché à l'en empêcher, parce qu'il ne nous suivait pas.

39 Jésus répondit : Ne l'en empêchez pas, car il n'y a personne qui puisse parler en mal de moi tout de suite après avoir fait un miracle en mon nom.

40 En effet, celui qui n'est pas contre nous est pour nous.

41 Et quiconque vous donnera à boire une coupe d'eau parce que vous appartenez au Christ, amen, je vous le dis, il ne perdra jamais sa récompense.

42 Mais si quelqu'un devait causer la chute de l'un de ces petits qui mettent leur foi en moi, il vaudrait mieux pour lui qu'on lui attache autour du cou une meule de moulin et qu'on le lance à la mer.

43 Si ta main doit causer ta chute, coupe la ; mieux vaut pour toi entrer manchot dans la vie que d'avoir tes deux mains et d'aller dans la géhenne, dans le feu qui ne s'éteint pas

45 Si ton pied doit causer ta chute, coupe-le ; mieux vaut pour toi entrer infirme dans la vie que d'avoir tes deux pieds et d'être jeté dans la géhenne

47 Et si ton œil doit causer ta chute, arrache-le ; mieux vaut pour toi entrer borgne dans le royaume de Dieu que d'avoir deux yeux et d'être jeté dans la géhenne,

48  où leur ver ne meurt pas, et où le feu ne s'éteint pas. 


Loin de nous, l’idée que Jésus nous inviterait à faire violence contre nous-mêmes par souci de fidélité à son Evangile. Nous n’aurions pas assez de bras à couper, ni d’yeux à arracher, ni de jambes à mutiler, tant les actes agressifs que nous commettons quotidiennement contre nos prochains sont nombreux et tant les pensées  que nous formulons contre les autres nous donneraient de bonnes raisons pour le faire si on prenait les recommandations de Jésus à la lettre. Loin de nous l’idée qu’en étant agressifs contre nous-mêmes nous faisons plaisir à Dieu et accomplissons sa volonté. Nous  ne faisons pas la volonté de Dieu en  le devançant dans un châtiment  qu’il ne nous destine pas, car Dieu ne punit personne pour avoir contrevenu à sa volonté. Ce n’est pas ainsi que l’Evangile fonctionne, et ce n’est pas en agissant dans ce  sens que nous rencontrerons Dieu.

Dieu vient vers nous, dans le monde où nous sommes et il ne méconnait  aucun des événements que nous vivons. Nous subissons quotidiennement des agressions de toutes sortes et nous en faisons subir aux autres. Aujourd’hui, les hommes ne trouvent de solutions à leurs problèmes qu’en imaginant de nouvelles formes de violence qu’ils font subir aux autres au nom de leur bon droit. C’est ainsi qu’ils espèrent faire avancer les choses et créer des progrès significatifs dans la société où nous sommes. C’est dans un tel monde que Dieu se propose d’être le partenaire de l’humanité.

N’allez pas croire qu’il méconnait nos arguments quand nous justifions notre bon droit par les agressivités que nous faisons subir aux autres au nom du mieux-être commun. Ainsi les expressions telles que « casser du flic » ou « casser du bourgeois » utilisée dans les manifs, ne nous émeuvent pas beaucoup  et si nous ne les utilisons pas, elles le sont par nos enfants ou des personnes de notre entourage et nous ne nous émouvons pas  outre mesure quand on casse des vitrines ou que l’on brûle des voitures simplement pour  manifester une  indignation que l’on prétend légitime.

Ne soyons donc pas surpris si Jésus utilise des images fortes pour se faire comprendre et parler de Dieu. Ses propos choquants font partie du décor  dans lequel se déroule notre quotidien. Si  Jésus nous demande d’utiliser contre nous-mêmes les violences que la société exerce contre les autres, c’est pour nous dire que Dieu accepte de nous accompagner dans une société qui lui est totalement étrangère.  Si nous sommes choqués par ces propos, comprenez aussi que Dieu est choqué, lui aussi par les comportements de ce monde, mais, pour nous en sortir, il accepte de mettre les mains dans le cambouis.

Jésus n’a pas hésité à suivre l’intuition qu’il avait de Dieu, quand il s’est offert à la violence des hommes et que  ceux-ci l’ont tué.  Jésus en tenant ces propos choquants sur l’automutilation voulait sans doute provoquer tous ceux qui croyaient pouvoir trouver Dieu en le cherchant dans  les eaux calmes d’un monde factice fait de règles de piétés, et de pratiques pieuses qui les mettaient en dehors de la vie quotidienne des petites gens qui subissaient de plein fouet la violence causée par la famine, la pauvreté  ou la maladie. Bien évidemment, Jésus prends fait et cause pour les petits et il les défend  contre les agressions  qui leurs sont faites. Il  retourne ces agressions  contre leurs agresseurs qui leur sont indifférents en leur proposant, à titre d’exemple de s’automutiler, non pas pour le faire vraiment, mais pour qu’ils comprennent l’horreur des souffrances que les petits subissent au quotidien.

Qui sont ces petits  qui croient ?  Bien évidemment, nous comprenons que ceux qui ont rapporté ces paroles de Jésus en rédigeant l’Evangile quelques  quarante ans  après qu’elles aient été prononcées sont les fidèles de l’Eglise naissante persécutés par leurs opposants du moment. Mais au moment où vivait Jésus, le contexte était différent, les petits  étaient sans doute tous ceux qui étaient exploités par la société de l’époque tels les propriétaires terriens, les occupants romains, et les  prêtres et les scribes qui faisaient peser  sur eux la dîme et autres impôts ecclésiastiques. Mais en parlant de ces petits qui croient, l’Evangile se garde bien de dire en qui ils croient. Nous interprétons un peu vite en pensant que c’est évidemment en Dieu qu’ils croient, mais il faut sans doute voir dans le flou volontaire du texte, toutes les idées en lesquelles on croit et qui donnent à  espérer.

Il faut y voir bien entendu le Dieu dont parle Jésus qui n’est pas forcément celui de la tradition, mais celui qui prend en charge toutes les espérances qui donnent aux hommes une envie irrésistible de vivre. C’est le Dieu qui veut faire un pacte de vie avec tous ceux qui pensent que Dieu est un facilitateur de vie pour tous. Derrière la notion de croire, Jésus semble mettre la notion  d’espérance  au sens le plus large que peut prendre ce mot.

Si Jésus préconise alors, que l’on attache à leur cou une meule de moulin, c’est à dire qu’on les tue, cela semble vouloir dire que ces gens bienpensants qui ignorent  les petits  n’ont pas leur place dans la société des hommes telle que Dieu la conçoit. Dieu n’est pas absent de ce monde et il le voit avec un regard que Jésus vent nous communiquer. C’est un monde où l’espérance doit prendre la première place dans tous les rapports humains, c’est elle aussi qui prend la première place dans notre quête de Dieu. Nous découvrons cela dans tous les gestes que l’Evangile nous rapporte au sujet de Jésus qui sont tous porteurs d’espérance.

Revenons  à la question concernant  tous ces petits qui croient. Qui sont-ils en fait ? Ce ne sont pas seulement tous les enfants à qui  la société antique ne réservait qu’une toute petite place, mais c’étaient eux aussi. Ce n’étaient pas seulement les adeptes de Jésus méprisés par les scribes et les pharisiens, ou plus tard les premiers chrétiens persécutés, mais c’étaient eux aussi. Ce sont tous ceux qui se sentent frustrés par l’existence et qui malgré tout espèrent sans savoir en qui ou en quoi ils espèrent vraiment. C’est pour tous ceux-là que Jésus dessinait le visage nouveau d’un Dieu qui prenait en charge leurs espérances.

C’est en laissant entendre que Dieu prenait d’abords en charge les petits, tous les petits que Jésus devenait à son tour scandaleux pour  tous ceux qui prêtaient à Dieu un autre visage, un visage qui serait fait de règles et  de conventions religieuses ainsi que  de morale rigide

 En se faisant défenseur des petits qui croient, Jésus présentait Dieu comme celui de l’espérance. Les croyants ressentaient la joie de vivre  à son contact.  Par les propos violents qu’il tenait, Jésus faisait de Dieu celui qui s’incarne au quotidien dans notre monde. Il montrait par-là qu’il n’était pas celui que les hommes fabriquaient à l’image de leurs désirs,  mais qu’il était celui qui les entraînait  à transformer le monde et à y vivre heureux tous ensemble. Ce Dieu dont Jésus était le témoin était perçu comme le créateur d’un monde nouveau, toujours appelé à progresser. Ce n’est donc pas l’homme qui était capable de créer un tel Dieu, c’était un Dieu qui en se faisant présent dans le monde des hommes les rendaient capables d’y vivre mieux tous ensemble.






mercredi 19 septembre 2018

Marc 9/30-37 Jésus et les petit enfants - dimanche 23 septembre 2018


Marc 9 :30-37

30 Partis de là, ils traversaient la Galilée, et il ne voulait pas qu'on le sache. 31 Car il instruisait ses disciples et leur disait : Le Fils de l'homme est sur le point d'être livré aux humains ; ils le tueront, et, trois jours après sa mort, il se relèvera. 32 Mais les disciples ne comprenaient pas cette parole, et ils avaient peur de l'interroger.

33 Ils arrivèrent à Capharnaüm. Lorsqu'il fut à la maison, il se mit à leur demander : A propos de quoi raisonniez-vous en chemin ? 34 Mais eux gardaient le silence, car, en chemin, ils avaient discuté pour savoir qui était le plus grand. 35 Alors il s'assit, appela les Douze et leur dit : Si quelqu'un veut être le premier, qu'il soit le dernier de tous et le serviteur de tous. 36 Il prit un enfant, le plaça au milieu d'eux et, après l'avoir pris dans ses bras, il leur dit : 37 Quiconque accueille en mon nom un enfant, comme celui-ci, m'accueille moi-même ; et quiconque m'accueille, ce n'est pas moi qu'il accueille, mais celui qui m'a envoyé. 

Je m’interroge à la lecture de ce texte à propos de cette opposition qu’on y trouve entre le fait d’être grand et le fait d’être un enfant. Si on éclaire ce texte par les textes parallèles dans les autres Evangile, on obtient une précision selon laquelle il s’agit ici d’être grand dans la foi. Ce serait à la foi des adultes que Jésus opposerait la foi d’un enfant  et c’est  la spontanéité  de l’enfant, sa candeur aussi qu’il mettrait en avant en l’opposant à la foi bien structurée des adultes



Nous sommes sans doute mieux placés pour comprendre les propos de Jésus que ses contemporains, car aujourd’hui, les enfants sont au centre des préoccupations de notre société. L’enfant est devenu roi dans un monde où tout tourne autour de lui. Il est devenu le type même du consommateur que les marques cherchent à séduire pour orienter le goût des adultes. On n'hésite même pas à  faire de ces chers petits, des  donneurs de leçon aux adultes pour vérifier qu’'ils  font correctement le tri de leurs ordures ou pour leur dire de ne pas téléphoner en voiture.



Pourtant,      si l’enfant est roi dans les sociétés favorisées,   il ne l’est pas dans les sociétés   défavorisées si bien qu’à côté du monde des enfants rois, il y a aussi le monde des enfants victimes, et c’est à ce monde-là qu’appartenait Jésus.



Il fallait cependant faire le point sur la situation de l’enfant dans nos sociétés post-modernes pour comprendre l’attitude de Jésus.  Il prend un enfant en exemple pour montrer le chemin que l’on doit suivre   si on veut devenir grand aux yeux de Dieu. Dans la société de Jésus l’enfant n’avait pas un sort enviable. Il  était le plus souvent considéré comme une charge. Il était  avant tout une bouche de plus à nourrir. On le faisait travailler très tôt pour un salaire inexistant, c’est ainsi qu’il fournissait une main d’œuvre peu coûteuse dont on avait tendance à abuser.  Victime de la mauvaise alimentation et de l’hygiène déficiente, beaucoup mouraient en bas âge. Sans doute l’enfant, était-il aimé par ses parents, mais il n’était pas choyé comme aujourd’hui. Les chagrins que causait la mortalité infantile poussaient les parents à ne pas trop s’attacher aux tout petits dont beaucoup ne survivaient pas à la petite enfance.





C’est donc dans ce contexte que Jésus intervient en plaçant   un enfant devant   eux à titre d’exemple. On se demande alors en quoi un enfant aurait-il pu donner un exemple de grandeur ?   Un enfant n’avait pas d’instruction et   il n’avait aucun savoir. Une société faite seulement d’enfants aurait été vouée à une disparition certaine. On ne voit pas en quoi les enfants pourraient nous mettre sur le chemin de la sagesse spirituelle qui plairait à Dieu ?  Pourtant  c'est bien en s'appuyant sur la sagesse des enfants que Jésus a quelque chose à nous dire sur notre relation à Dieu.



En fait les enfants ne sont pas des adultes en miniature. Ils ne pensent pas comme des adultes, ils ne réagissent pas non plus comme eux. Ils ont un comportement qui leur est propre. Ils ont en particulier une faculté d’émerveillement que n’ont pas les adultes. En contrepartie, les adultes ont le savoir et la science ou la sagesse dont ils font beaucoup de cas en matière spirituelle. Aujourd’hui, comme jadis à l’époque de Jésus, on donne un enseignement religieux aux enfants pour qu’ils puissent acquérir les notions élémentaires de la foi. Pour faire partie d’une communauté chrétienne, encore aujourd’hui, ne faut-il pas avoir franchi les étapes du catéchisme et avoir fait ses premiers pas comme catéchumène ?



Des adultes dûment patentés sont chargés d’enseigner les enfants, ils sont à la fois des enseignants et des gardiens de la tradition. C’était la même situation à l’époque de Jésus. Il était nécessaire   de connaître les 613 articles de la Loi ou tout au moins les dix commandements qu’il fallait respecter, pour espérer communiquer avec Dieu et grandir dans la foi. C’est sur ce point que Jésus semble en désaccord avec nous et avec les adultes de son temps. Il semble contester le fait   que pour être un homme de foi il faille avoir acquis l’expérience   auprès de plus savant que soi.



L’enfant, peut-être  plus que l’adulte, sait           observer ce qui se passe en lui. Il découvre très vite que son cœur est habité de pensées bonnes et de pensées mauvaises. Il sait aussi que des sentiments parcourent son âme. Il a un sens de la beauté, de la justice, de la droiture qui lui est propre, sans que les adultes comprennent ce qui se passe en lui.  Mais, sans doute l’enfant  ne sait pas mettre un nom sur l’origine de ces phénomènes, il ne sait pas que Dieu travaille en lui, mais il en constate les effets dans sa naïveté sans pour autant comprendre vraiment ce qu’il ressent.  Pourtant,  très vite les adultes interviennent   pour expliquer ces mystères et pour lui indiquer la bonne voie à suivre et l’enfant perd sa candeur et sa faculté d’émerveillement. Très vite ses parents puis ses enseignants vont lui apprendre à maîtriser le cours de sa vie intérieure, et ils vont lui enseigner en même temps tout ce qu’il faut savoir sur Dieu sur le péché sur la loi et l’enfant passe de la spontanéité   enfantine à la raison de l’adulte.



L’enfant va   alors apprendre ce que les hommes savent depuis des siècles sur   Dieu, et c’est ainsi qu’il deviendra un   adulte bien élevé et un croyant honnête face à Dieu, croit-on.  Mais Jésus trouve que les choses vont trop vite et que l’on ne donne pas à cette naïveté le temps de faire son œuvre.



Ainsi sans que les adultes, parents ou éducateurs s’en souviennent leur premier contact avec Dieu, à eux aussi,  s’est fait à partir d’expériences      de vie intérieure  qu’ils ont faites quand ils étaient enfants.  En ont-ils gardé le souvenir? De fait on leur a vite enseigné ce qu'ils devaient savoir sur le  vrai Dieu.



Quelle que soit la façon dont les enfants entendent parler de Dieu par les adultes, cela                 se passe   toujours de la même manière. Les adultes donnent une information sur Dieu sans se soucier des émotions              que  peut avoir eu le petit enfant dans sa vie intérieure.



Jésus sait bien, quant à lui, que ce sont les expériences de la vie intérieure qui nous amèneront les uns et les autres à une connaissance personnelle de Dieu. Il invite donc ceux qui l’écoutent           à  faire une descente au fond d’eux-mêmes avec la même naïveté que le ferait un enfant qui ne sait pas encore s’exprimer et qui découvre que « ça » parle au fond de lui.



Il nous invite donc à retrouver une spontanéité intérieure. Elle a été sans doute altérée par ce que l’éducation nous a apporté et qui a fait de Dieu une réalité extérieure à nous-mêmes, si bien que nous ne savons plus très bien entendre quand  Dieu Dieu s’adresse  à nous au plus profond de notre âme. Jésus ne méprise pas pour autant l’enseignement   de la loi, il ne rejette pas la tradition rapportée par les ¨Pères, mais il dit aussi   que nous ne pouvons pas progresser dans la foi si nous n’essayons pas de converser avec Dieu dans notre intimité, là où personne ne peut nous accompagner ni venir avec nous.



Si aujourd’hui beaucoup d’hommes se détournent de Dieu, c’est  sans doute parce qu’on leur a enseigné à se référer à un Dieu qui parle à l’extérieur d’eux-mêmes au travers des textes et des traditions et ils découvrent que      ce Dieu là n’est pas en adéquation avec le monde moderne. Ceux qui désespèrent de ne pas trouver dans le Dieu que prêchent les hommes, la voie de leur salut, la trouveront quand même s’ils essayent de retrouver un cœur d’enfant et  de  s'émerveiller          de  l’action de Dieu en écoutant ce qu’il leur dit  au plus profond de leur personne.


Jésus nous invite à dépasser les conventions de la religion, pour retrouver une vie intérieure  et tenter d'écouter Dieu qui a choisi l'humain pour en faire son interlocuteur. Il ne veut pas lui donner un message connu d'avance qui serait inscrit de tout temps dans les Ecritures, mais il veut l'inviter à un dialogue interne avec Dieu dont il découvre, bien évidemment la pertinence dans les Ecritures qui lui serviront désormais à éclairer le dialogue intérieure qu'il aura avec Dieu.