vendredi 13 septembre 2019

Luc 15/1-13 Dieu et l'argent - dimanche 22 septembre 2019


Luc 16/1-13


Parabole de l'intendant infidèle


16 Jésus dit aussi à ses disciples: «Un homme riche avait un intendant. On vint lui rapporter qu'il gaspillait ses biens.
2 Il l'appela et lui dit: 'Qu'est-ce que j'entends dire à ton sujet? Rends compte de ta gestion, car tu ne pourras plus gérer mes biens.'
3 L'intendant se dit en lui-même: 'Que vais-je faire, puisque mon maître m'enlève la gestion de ses biens? Travailler la terre? Je n'en ai pas la force. Mendier? J'en ai honte.
4 Je sais ce que je ferai pour qu'il y ait des gens qui m'accueillent chez eux quand je serai renvoyé de mon emploi.'
5 Il fit venir chacun des débiteurs de son maître et dit au premier: 'Combien dois-tu à mon maître?' 6 Je dois 100 tonneaux d'huile d'olive', répondit-il. Il lui dit: 'Voici ton reçu, assieds-toi vite et écris 50.'
7 Il dit ensuite à un autre: 'Et toi, combien dois-tu?' 'Je dois 100 mesures de blé', répondit-il. Et il lui dit: 'Voici ton reçu, écris 80.'
8 Le maître fit l'éloge de l'intendant malhonnête à cause de l'habileté dont il avait fait preuve. En effet, les enfants de ce monde sont plus habiles vis-à-vis de leur génération que ne le sont les enfants de la lumière.
9 »Et moi, je vous dis: Faites-vous des amis avec les richesses injustes, afin qu'ils vous accueillent dans les habitations éternelles lorsqu'elles viendront à vous manquer.
10 Celui qui est fidèle dans les petites choses l'est aussi dans les grandes, et celui qui est malhonnête dans les petites choses l'est aussi dans les grandes.
11 Si donc vous n'avez pas été fidèles dans les richesses injustes, qui vous confiera les biens véritables?
12 Et si vous n'avez pas été fidèles dans ce qui est à autrui, qui vous donnera ce qui est à vous?
13 Aucun serviteur ne peut servir deux maîtres, car ou il détestera le premier et aimera le second, ou il s'attachera au premier et méprisera le second. Vous ne pouvez pas servir Dieu et l'argent.»



Nous voilà plongés dans une affaire  de finances pas nettes. C’est l’histoire d’un magouilleur en eau trouble qui entraîne dans ses combines des gens dont il pourra se servir en cas de nécessité si le besoin s’en fait sentir. Dans son aventure, et c’est là une des clés de l’énigme. Il il n’a pas encore réalisé qui se cache derrière le maître  qu’il est en train de gruger et qu’il tente de tromper encore davantage pour sortir du mauvais pas où sa nature perverse l’a entraîné.  Cependant rien n’échappe à son maître, c’est ce que nous allons voir et celui-ci, contrairement aux apparences n’agit ni comme un grand naïf ni comme un être vulnérable.  


Si Jésus lui prête  des propos qui l’entraînent à féliciter son intendant malhonnête pour son art de se sortir d’affaire, il n’est dit nulle part qu’il l’approuve. Il y a des mystères dans tout cela dont il faudra soulever le voile. En fait ce qui doit être  bien clair ici, c’est que chacun de nous doit se reconnaître dans ce gérant indélicat.  Le personnage malhonnête ici,  c’est moi, c’est toi. N’allez pas croire que Jésus va couvrir ici toutes nos manigances frauduleuses et nos doubles comptabilités douteuses sous prétexte que l’argent relèverait de la responsabilité de Mammon et non de la sienne. Ce serait se fourvoyer dans une théologie dualiste  trop facile.


N’oublions pas que Jésus se situe dans un monde où tout appartient à Dieu et qu’il en a fait de chacun de nous des gestionnaires. Il nous entraîne dans cette réalité dont nous n’avons pas toujours conscience.  Cette parabole nous parle donc d’un monde dont Dieu est le maître et il nous demande de nous reconnaître nous-mêmes dans le portrait de cet intendant qui s’attribue des avantages frauduleux en les empruntant à son maître. Quel que soit notre fonction dans ce monde  nous  empruntons à Dieu tout ce que nous prétendons nous appartenir. Tout ce que nous utilisons à notre profit, c’est à Dieu que nous le prenons. Voilà l’univers de cette parabole.


Quand l’intendant se fait des amis en truquant les  comptes de son maître, il  fait des générosités avec les biens de celui-ci. Tout se passe comme si c’était le maître lui-même qui lui acquérait des amis avec son propre argent. Nous sommes  placés dans la même situation que celui qui croit s’approprier les faveurs de Dieu en faisant des bonnes œuvres, comme s’il ignorait que les générosités qu’il fait, il les fait avec  ce qui appartient à Dieu. 

Quand nous faisons les généreux, c’est avec les biens de Dieu que nous le faisons, c’est comme si c’était Dieu lui-même qui nous utilisait pour le faire. Nous comprenons alors le jugement porté par le maître de la parabole qui trouve judicieuse l’attitude de l’intendant qui croit détourner de l’argent de son maître, alors que c’est  en réalité le maître qui est son pourvoyeur en amitié et qui assume la responsabilité de ce qui a été fait avec ses biens ?  


C’est à cause de cela que l’intendant  court un gros risque car il encourt la colère de son maître et c’est pour  s’en épargner les conséquences qu’il a entrepris toute cette machination.  De même chacun de nous encourt la colère de Dieu pour laisser se faire les injustices dont nous sommes témoins dans ce monde sans utiliser les biens  que Dieu met à notre disposition pour le faire. C’est cette colère que nous risquons de subir,  non pas pour avoir fait ce que nous aurions dû faire avec ce que Dieu a mis à notre disposition, mais pour ne l’avoir pas fait.  C’est en cela que réside notre salut. 


Regardons alors, comment cela se passe dans la parabole. Le maître ici ne se met pas en colère. S’il relève l’intendant de ses fonctions, il lui laisse du temps pour présenter ses comptes et l’intendant en profite  pour le duper en se faisant malhonnêtement des amis  pour s’en sortir. Mais par la force des choses et par le biais de la duperie, c’est son maître qui lui procure ses amis, et qui malgré lui, lui offre cette porte de sortie.  En écoutant les propos de son maître, il n’a plus qu’à reconnaître que  son maître qui assume ce qu’il a fait n’est pas un naïf qui s’est fait avoir mais qu’il  est d’une bonté inimaginable et qu’il le sauve en lui procurant l’amitié dont il avait besoin.


En laissant se faire les choses et en reconnaissant les avantages que l’intendant reçoit de  cette situation nouvelle, il lui offre une solution  qui devrait susciter sa reconnaissance. L’intendant n’a plus qu’à se jeter à ses pieds avec reconnaissance ! Le fera-t-il ? Les paraboles laissent souvent la réponse en suspens en nous offrant la liberté de réagir selon la manière dont notre foi naissante nous pousse à le faire. Tel est le Dieu auquel nous avons à  faire.  Il nous laisse utiliser ses biens en nous laissant croire  que ce sont les nôtres, il nous laisse croire, pour un temps de réflexion, ou de maturation de notre foi,  que  nous gagnons des mérites en utilisant ce qui lui appartient. Il n’attend plus qu’une chose, et il nous laisse libres de le faire,  c’est que nous comprenions les générosités qui sont les siennes en nous laissant du temps pour comprendre. Ainsi nous pouvons grandir dans la foi  grâce à nos fausses bonnes actions dont il est à l’origine malgré nous. Il attend patiemment notre conversation qui sera l’expression de notre amour pour lui.


Jésus a profité d’une affaire d’argent sale pour que nous comprenions quel type de relation nous devons cultiver avec Dieu. Dans cette parabole, il est souligné que l’attitude du maître est conditionnée par les liens d’amitié qui sont créés entre  l’intendant et ceux dont il  fait ses complices en duplicité. Même si tout cela est lié à une magouille compromettante dans laquelle il entraîne les débiteurs de son maître, c’est le lien d’amitié qu’il faut retenir. Certes tout le monde y trouve son compte et la morale n’est pas sauve. Mais même des chemins tortueux peuvent mener à Dieu. Dieu ne se soucie pas du fait que des moyens peu acceptables ont amené certains hommes à lui. Dans  tous les cas c’est au cœur que frappent les éléments déclenchant qui à partir des bonnes relations provoquées par les hommes mènent à Dieu. L’homme que je suis ou que vous êtes est pécheurs, ses sentiments sont flous et ses projets ne sont pas toujours nets, malgré tout Dieu ne dédaigne pas ces instruments médiocres que nous sommes pour gagner à lui ceux que nous côtoyons.


Quand on aborde cette parabole on cherche la leçon de morale qu’elle dissimule. Il n’y en a pas.  Ce monde où on espère voir Dieu à l’action est un monde de magouilleurs et on réalise que  Dieu ne répugne pas à utiliser nos magouilles pour que le monde trouve la direction où il le conduit.


Il ne faut pas chercher dans cette parabole, une règle qui aiderait les banquiers à gérer sainement le monde de la finance, à moins qu’ils ne  réalisent que tout est à Dieu et que rien ne leur appartient, pas même leurs bénéfices et leurs dividendes. Il n’y a pas d’argent propre ou d’argent sale puisque tout appartient à Dieu et que la seule manière de le gérer et de l’utiliser pour aller  dans le sens de l’harmonie du monde. C’est ainsi  que la vie de tous sera possible sur cette terre et que tout homme pourra devenir grâce aux biens que l’on ne possède pas vraiment, l’ami de tous les hommes.


Quant à cet argent que notre société continue à appeler de l’argent sale, il n’y a qu’un seul moyen de le blanchir c’est de s’en faire des amis en le libérant  des lieux secrets où il se trouve pour qu’il contribue à créer des amitiés entre les hommes et que Dieu puisse  regarder l’humanité s’épanouir.
















lundi 9 septembre 2019

Luc 15/1-32 la parabole des deux fils dimanche 15 septembre 2019


Luc 15/1-32

Paraboles de la brebis et de la pièce perdues

1 Tous les péagers et les pécheurs s’approchaient de Jésus pour l’entendre.
2 Les Pharisiens et les scribes murmuraient et disaient : Celui-ci accueille des pécheurs et mange avec eux.
3 Mais il leur dit cette parabole
4 Quel homme d’entre vous, s’il a cent brebis et qu’il en perde une, ne laisse les 99 autres dans le désert pour aller après celle qui est perdue, jusqu’à ce qu’il la trouve
5 Lorsqu’il l’a trouvée, il la met avec joie sur ses épaules.
6 et, de retour à la maison, il appelle chez lui ses amis et ses voisins et leur dit : Réjouissez-vous avec moi, car j’ai trouvé ma brebis qui était perdue.
7 De même, je vous le dis, il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent, que pour 99 justes qui n’ont pas besoin de repentance.
8 Ou quelle femme, si elle a dix drachmes et qu’elle perde une drachme, n’allume une lampe, ne balaie la maison et ne cherche avec soin, jusqu’à ce qu’elle la trouve
9 Lorsqu’elle l’a trouvée, elle appelle chez elle ses amies et ses voisines et dit : Réjouissez-vous avec moi, car j’ai trouvé la drachme que j’avais perdue.
10 De même, je vous le dis, il y a de la joie devant les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se repent.


Parabole du fils perdu et de son frère

11 Il dit encore : Un homme avait deux fils.
12 Le plus jeune dit à son père : Mon père, donne-moi la part de la fortune qui doit me revenir. Et le père leur partagea son bien.
13 Peu de jours après, le plus jeune fils rassembla tout ce qu’il avait et partit pour un pays lointain où il dissipa sa fortune en vivant dans la débauche.
14 Lorsqu’il eut tout dépensé, une grande famine survint dans ce pays, et il commença à manquer (de tout).
15 Il se lia avec un des habitants du pays, qui l’envoya dans ses champs faire paître les pourceaux.
16 Il aurait bien désiré se rassasier des caroubes que mangeaient les pourceaux, mais personne ne lui en donnait.
17 Rentré en lui-même, il se dit : Combien d’employés chez mon père ont du pain en abondance, et moi ici, je péris à cause de la famine.
18 Je me lèverai, j’irai vers mon père et lui dirai : Père, j’ai péché contre le ciel et envers toi
19 je ne suis plus digne d’être appelé ton fils ; traite-moi comme l’un de tes employés.
20 Il se leva et alla vers son père. Comme il était encore loin, son père le vit et fut touché de compassion, il courut se jeter à son cou et l’embrassa.
21 Le fils lui dit : Père, j’ai péché contre le ciel et envers toi, je ne suis plus digne d’être appelé ton fils.
22 Mais le père dit à ses serviteurs : Apportez vite la plus belle robe et mettez-la lui ; mettez-lui une bague au doigt, et des sandales pour ses pieds.
23 Amenez le veau gras, et tuez-le. Mangeons et réjouissons-nous
24 car mon fils que voici était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé. Et ils commencèrent à se réjouir.
25 Or, le fils aîné était dans les champs. Lorsqu’il revint et s’approcha de la maison, il entendit de la musique et des danses.
26 Il appela un des serviteurs et s’informa de ce qui se passait.
27 Ce dernier lui dit : Ton frère est de retour, et parce qu’il lui a été rendu en bonne santé, ton père a tué le veau gras.
28 Il se mit en colère et ne voulut pas entrer. Son père sortit pour l’y inviter.
29 Alors il répondit à son père : Voici : il y a tant d’années que je te sers, jamais je n’ai désobéi à tes ordres, et à moi jamais tu n’as donné un chevreau pour me réjouir avec mes amis.
30 Mais quand ton fils que voilà est arrivé, celui qui a dévoré ton bien avec des prostituées, pour lui tu as tué le veau gras
31 Toi, mon enfant, lui dit le père, tu es toujours avec moi, et tout ce que j’ai est à toi
32 mais il fallait bien se réjouir et s’égayer, car ton frère que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé.



Parabole des  deux frères :


Pour nous l’avenir consiste à  aller  de l’avant  vers une aventure  que l’on espère favorisée par notre bonne étoile. Nous avons pour bagage l’héritage que la vie nous a donné, et aussi tous les acquis que notre éducation nous a permis d’obtenir. Notre but est de réussir notre carrière  mieux que son père si possible. Tel est le destin qui s’ouvre devant chaque individu. Qu’il réussisse ou qu’il échoue dans ses projets, il essaye au mieux d’accomplir sa vie.


 C’est cela,  la philosophie de la vie, universellement partagée, mais ce n’est pas cela qui nous est raconté ici.  Ici, nous avons  l’histoire d’un jeune homme qui croit que l’audace et l’ambition lui permettront de mettre  les faveurs du destin de son côté sans s’en donner la peine. Tout lui est dû d’avance dans ce monde où tout lui semble être déjà acquis.


A vue humaine, il part perdant. Son maître mot, c’est la jouissance. Parti perdant, il ne saurait revenir gagnant, mais il n’a nullement l’intention de revenir vers un passé qu’il rejette apriori. Curieuse façon de penser disons-nous.  Mais c’est la nôtre aussi ! Nous allons voir que c’est la manière d’agir de beaucoup de gens  qui vivent  dans ce  monde où nous sommes. Ils  avancent à l’aveugle, au mépris des réalités du monde qui les entoure. Ils usent des  êtres et des choses comme si elles constituaient une réserve  inépuisable de profits.


Jésus raconte cette histoire, comme s’il avait senti venir à l’avance le dérapage de notre société moderne qui continue à ne pas voir le décalage qu’il y a entre la réalité dans laquelle elle est et ses ambitions. Elle continue à croire que l’on peut profiter de tout et que l’on peut avancer sur le chemin de la vie  sans se soucier des autres et des choses. Sans doute, tous les habitants de la planète  n’ont pas fait ce pari, mais il ressort cependant, que c’est le constat alarmant qui est fait sur la situation de notre monde et qu’il ne doit laisser personne indifférent. Nous recevons ces propos non pas comme une leçon de morale qui serait adressée à ceux qui égoïstement méprisent Dieu et les autres et qui se croient  dispensés d’agir en fonction de leur prochain, mais comme une allégorie qui concerne l’évolution de notre société et qui nous amène à constater  l’état d’échec dans lequel nous nous situons actuellement.


Il s’est produit ce qui était apparemment prévisible. L’insouciance avec laquelle les hommes ont usée de la planète, n’a pas prévu que  notre mode de fonctionnement entrainerait un dérèglement général. Nous nous servirons donc de cette parabole comme d’un fil conducteur pour aider ceux qui veulent réfléchir à la situation et qui culpabilisent les générations passées en les accusant d’égoïsme, d’insouciance et de surdité mentale.


Nous commencerons à réfléchir à cette parabole en la prenant à l’envers. Nous nous sentirons d’abord  interpelés par le frère ainé.  Il n’aurait sans doute pas fait ce qu’a fait son cadet et il se sert  de son bon droit pour  faire peser sur lui une amère critique. Il se croit plus sage et plus intelligent que lui et croit sa critique frappée au coin du bon sens. Il pense que son frère a bien mérité ce qui lui arrive et ne comprend pas pourquoi il devrait en assumer les conséquences. Par son attitude de blocage, il jette le désarroi dans le projet de vie familiale que le Père essaye de mettre en place. Il refuse toute attitude de collaboration avec lui et rend les possibilités de vie avenir improbables.


Le plus jeune quant à lui  n’a pas besoin qu’on lui donne de leçon de morale pour comprendre le drame dans lequel il s’est fourvoyé. Il comprend vite qu’aucune solution n’est vraiment possible sans la bonne volonté bienveillante des autres. Le retour à la case départ demande une transformation totale de son comportement appuyé sur  la collaboration de ses semblables. Il doit troquer ses positions de possédant contre celle de serviteur.


S’il change son regard sur la réalité des choses, peut-être cela ne sera-t-il pas trop tard ? Pour son ainé, il n’y a plus d’issue pour le plus jeune, puisqu’il a tout gâché, il n’a plus sa place dans l’entreprise familiale. Ce n’est donc pas celui qui s’est mal conduit qui aggrave les choses, c’est celui qui n’a rien fait. Ne serait-il pas le collapsologue de service qui se cantonne dans une attitude d’accusateur, plutôt que dans celle de celui qui cherche par tous les moyens comment cela pourrait aller mieux.


C’est alors que le Père intervient, on l’a un peu laissé de côté, comme souvent on laisse de côté ceux qui, peut-être, apportent les bonnes solutions aux problèmes. Son souci est de constater que tel qu’il est engagé, l’avenir n’est pas possible. Les deux fractions rivales doivent renoncer à ce qui les opposent si on veut avancer vers un avenir possible : le fils ainé avec l’arrogance de celui qui croit avoir raison et le cadet avec  sa demande d’espérance possible. Face à  cette double demande, il faut que quelque chose de nouveau se produise. 


C’est sur un air de fête que se profile la solution, c’est ainsi que le Père essaye de la mettre en œuvre.  Mais si le frère en détresse, quelle que soit la cause de sa situation espère quelque chose pour vivre, il faut que l’ainé entre dans la danse et modifie à son tour son attitude.


Dans tout cela le Père ne reste pas inactif en face des deux fils qui eux ne font rien. L’un espère, le second boude. Le père ne  cesse de faire  des vas et viens. Il court vers l’un et sort même du domaine pour convaincre l’autre. Il cherche des arguments pour que la mort ne s’empare pas du plus faible du moment, car il est impératif qu’il vive et l’autre ne peut rester les bras ballants en tentant de conserver ses privilèges que la situation est en train de lui reprendre.


Evidemment, en appliquant cette parabole à notre situation actuelle, nous réalisons que les  choses ne sont pas vraiment comparables car les victimes du dérèglement écologique  ne sont pas forcément coupables, comme l’est le fils cadet du récit, mais vous remarquerez qu’il n’est tenu ici aucun compte de la culpabilité de qui que ce soit. Ce qui est important c’est que celui qui est en danger ne le soit plus, la responsabilité des uns et des autres est une autre question et n’est pas abordée par le père qui préconise que la vie l’emporte sur toute autre solution. Ce qui est important c’est de rejoindre le père et d’agir activement pour débloquer la situation.


On comprend ici que la parabole propose de voir dans l’action du  Père une image de Dieu. Il n’est pas un Dieu qui agirait miraculeusement pour remettre les choses en ordre.  Le Dieu qu’on identifie ici au Père, c’est celui qui pousse les uns  et les autres  à se comporter  de telle sorte que  ce soit la vie qui reprenne le dessus. La responsabilité des uns et des autres ne jouent aucun rôle car tous, quelle que soit leur situation doivent changer leur comportement afin que l’harmonie s’installe là où le chaos cherche à s’imposer à ceux qui ne veulent pas modifier leurs comportement à l’image de l’ainé qui joue ici le rôle principal.




samedi 7 septembre 2019

Luc 14/25-33 Quel est le Dieu de Jésus? dimanche 8 septembre 2019




Texte de 2010 revue et corrigé



Luc 14: 25



De grandes foules faisaient route avec lui. Il se retourna et leur dit :26 Si quelqu'un vient à moi et ne déteste pas son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, ses sœurs et même sa propre vie, il ne peut être mon disciple. 27 Et quiconque ne porte pas sa croix pour venir à ma suite ne peut être mon disciple.



28 En effet, lequel d'entre vous, s'il veut construire une tour, ne s'assied pas d'abord pour calculer la dépense et voir s'il a de quoi la terminer, 29 de peur qu'après avoir posé les fondations, il ne soit pas capable d'achever, et que tous ceux qui le verront ne se moquent et ne disent : 30 « Cet homme a commencé à construire, et il n'a pas été capable d'achever.»

31 Ou bien quel roi, s'il part en guerre contre un autre roi, ne s'assied pas d'abord pour se demander s'il peut, avec dix mille hommes, affronter celui qui vient au-devant de lui avec vingt mille ? 32 Sinon, tandis que l'autre est encore loin, il lui envoie une ambassade pour demander les conditions de paix. 33Ainsi donc, quiconque d'entre vous ne renonce pas à tous ses biens ne peut être mon disciple. 






La tradition a rendu populaire une certaine image de Jésus que Théodore Botrel parmi tant d’autres a chanté dans le folklore breton. Jésus y est présenté comme le doux Sauveur à barbe blonde avec de grands yeux doux. Le cinéma américain a contribué pour sa part à vulgariser cette image. Les peintres classiques n’ont pas échappé à ce canon de beauté pour présenter le visage du Seigneur. Mais ce serait mal lire l’Evangile que de voir Jésus sous ce seul portrait. Le texte que nous avons lu nous présente un autre aspect de Jésus, plus rude, d’où la tendresse est absente. Serait-il plus conforme à celui que les spécialistes actuels tentent de vulgariser  en faisant de Jésus un homme de taille moyenne , brun  au regard fuyant,( je vous livre ici 2 portraits publiés dans la presse)  Le rôle de Jésus est avant tout celui de nous faire découvrir Dieu. Ici il le fait sans ménagement car le Dieu dont il est le témoin est différent de celui que Jésus lui-même nous a habitué à découvrir dans ses propos.






Qui est Dieu pour vous ? En quoi votre existence est-elle affectée par la réalité de Dieu ? Comment agit-il en vous ? Ces questions tant de fois répétées, tant de fois formulées nécessitent qu’on ose se les poser au moins une fois de temps en temps. Chacun y répondra mentalement et à sa façon. On pourra dire que Dieu est une force qui vient d’en haut et qui s’empare de nous, qui habite notre âme et notre esprit. On dira aussi que c’est une certitude rassurante sans laquelle notre vie serait ballottée au rythme des hasards dans une société globalisante. Nous dirons aussi que Dieu donne du sens à notre être. Nous nous garderons de vérifier si notre réponse est conforme à la théologie en vigueur dans notre église. Mais nous savons fondamentalement, que nous ne chercherions pas Dieu s’il ne nous avait déjà trouvés, et que c’est lui qui nous pousse à le chercher. Nous percevons intuitivement qu’il y a un lien entre lui et nous et nous croyons qu’il a quelque chose à voir avec notre existence dans ce monde.

Il est donc normal que nous cherchions Dieu, sans pour autant jamais le trouver complètement. Écoutez ce que dit le poète Kalil Gibran : « Contemplez le ruisseau, écoutez sa mélodie. Éternellement, il sera en quête de la mer, et bien que sa recherche n’ait pas de fin, il chante son mystère de crépuscule en crépuscule. Puissiez-vous chercher le Père comme le ruisseau cherche la mer » (1)



Nous savons que Dieu a laissé son empreinte en nous, c’est pourquoi Jésus nous aide à le trouver. Mais ce Dieu que Jésus nous aide à trouver est très différent de tout ce que l’on a dit, car il nous devient personnel. Dans le texte de ce matin Jésus s’implique dans notre recherche et nous provoque volontairement. Il ne s’encombre d’aucun a priori, et d’une manière surprenante il saute à pieds joints par-dessus les conventions. Il parle de haine alors que nous nous attendons à ce qu’il parle d’amour. « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » nous plaisons-nous à répéter après lui et nous nous appuyons sur l’Evangile de Jean pour dire que Dieu est amour.



Aujourd’hui, ce n’est pas le cas, Jésus recommande de haïr ses proches, son père, sa mère ses frères et ses sœurs sa femme et les autres. Il n’a aucune parole rassurante pour mettre un baume sur nos inquiétudes. Pour nous stimuler, il nous promet de porter notre croix, comme W. Churchill promettait à son peuple du sang et des larmes. Il ouvre devant nous une perspective de souffrance et de mort.



Ainsi provoqués, nous allons pouvoir exercer notre sagacité. En fait, le jeu en vaut la chandelle. Jésus a l’intention de nous faire sortir des chemins battus. Il nous montre que Dieu n’a rien à voir avec les critères soigneusement recensés par les religions. Dieu pour lui ne se trouve pas dans un code de morale. Il est ailleurs que dans nos définitions théologiques. Dieu se situe avant tout dans une relation avec nous. Comme il a sacrifié sa divinité pour venir jusqu’à nous, il s’attend à ce que nous lui consacrions notre humanité.



Il nous propose sagement de faire le bilan de notre foi en nous racontant cette parabole banale du roi qui compte ses hommes, puis qui compte les hommes de l’adversaire et qui négocie la paix en fonction de ses propres forces parce qu’il préfère se soumettre plutôt que de risquer un combat perdu d’avance. La paix dans ce contexte devient un accord de moindre mal, un « gentleman agreement » que l’on a du mal à fonder théologiquement. Or nos vies ressemblent la plupart du temps à ces côtes mal taillée où l’on essaye de donner à chacun sa part. Dieu y compris. Nous composons avec Dieu, avec les hommes, avec notre vertu, avec le temps, si bien que notre existence ne ressemble plus à rien si non à un « melting pot » sans goût ni grâce ni saveur ni prétention. Il nous faut donc changer notre approche concernant Dieu.



En quelques phrases, Jésus a mis à mal tout notre édifice spirituel, pour que nous nous efforcions de le reconstruire. Nous n’osons même pas continuer notre lecture de l’Évangile de peur d’être encore plus déstabilisés car ajoute Jésus, «quiconque ne renonce pas à tout ce qu’il possède ne peut être mon disciple ». Il faut comprendre clairement que cela veut dire qu’on ne peut pas découvrir Dieu en vérité sans abandonner tous les préjugés et tous les acquis de la société. Le chercheur de Dieu doit donc aller à contrecourant d’une société qui centralise tout sur l’homme.

Jésus met notre manière de raisonner totalement en cause en nous rappelant qu’avec Dieu, c’est tout ou rien. Pas question de partager prudemment entre Dieu et le monde. Pas question de demander à Dieu de se charger de notre âme d’une part et de choisir de gérer nous-mêmes et à notre gré nos autres activités. Il nous rappelle ainsi que Dieu est envahissant.




Jésus contemple alors la foule qui le suit comme un troupeau bêlant. Il nous décrit comme des moutons cherchant à être pris en charge par un bon berger. Ils cherchent seulement un confort spirituel auprès d’un maître à la mode qui paraît pour lors efficace. Jésus renonce à se laisser manipuler par eux, il n’est pas un gourou rassurant qui profiterait des avantages de ses dons de guérisseur et de prédicateur pour s’assurer une notoriété. Il provoque la foule dont nous faisons tous partie pour que chacun sorte de lui-même et assume le poids de la croix qu’il doit porter.

Vous voulez être rassurés sur l’avenir de votre âme, vous voulez une religion facile qui soit distincte des religions traditionnelles. Vous voulez échapper aux tourments de la vie et être les privilégiés de Dieu, vous ne voulez plus être malades et vous voulez manger tous les jours à votre faim ! Mais vous valez mieux que cela, vous n’êtes pas des moutons promis à l’abattoir. Vous avez en vous la capacité d’être des rebelles, de vivre une passion dévorante, cette passion peut se vivre avec Dieu, mais elle réclame une rupture.


Dans l’Écriture, la rupture est parfois féconde et créatrice, car elle demande à être habitée par un esprit inventif. La rupture c’est la distanciation nécessaire qu’il nous faut prendre par rapport aux conventions sociales qui nous enferment dans des catégories ou des préjugés. Il n’est donc pas étonnant que Jésus prenne la famille pour cible, parce qu’elle a un pouvoir contraignant et enfermant sur les individus. Pour que Dieu puisse s’emparer de nous il ne faut être retenu par aucun autre intérêt. C’est ainsi libérés et placés tout entier sous le charme de Dieu que nous pourrons devenir les conquérants d’un monde nouveau. De même que l’homme doit quitter son père et sa mère  s’il veut aimer sa femme, de même il faut mettre les exigences familiales au second degré de nos préoccupations pour laisser l’intuition de Dieu nous saisir et mettre nos vies à la disposition de Dieu.



Combien parmi nous ne trouvent-ils pas leur existence fade et sans avenir ? Ils se comportent généralement  comme le roi de la parabole racontée par Jésus. Ils recherchent  leurs intérêts, ils font la part des choses, et ils donnent  une importance calculée aux choses et aux êtres, ils ne négligent cependant pas Dieu,  mais ils lui réservent seulement une partie de l'aventure. Ils se construisent une vie raisonnable faite de concessions, sans que le hasard et l’aventure n’y aient leur place. Dieu mérite mieux que nos petites dispositions de sagesse humaine, il réclame toute notre activité, tous nos soucis, toutes nos préoccupations, la totalité de nos personnes. Dieu réclame de devenir le partenaire de notre vie et de la partager en totalité.



Affranchis des contingences humaines, Dieu nous rend libres et responsables. Il se peut que cette joyeuse liberté déplaise aux hommes qui cherchent à nous la prendre en nous enlevant la vie. Ce fut le cas de Jésus et de bien d’autres après lui. Mais leur mort ne fut-elle pas un cri de liberté et une ouverture vers la délivrance. Leur vie était en Dieu et la vie en Dieu est sans limite puisqu’elle lui est toute consacrée et qu’elle débouche quand tout est accompli dans la plénitude éternelle de Dieu, sans limite de temps et d’espace.

dimanche 18 août 2019

Luc 13/22-30 La porte étroite dimanche 25 août 2019








Luc 13: 22-30





22 Il traversait les villes et les villages, et il enseignait en faisant route vers Jérusalem. 23 Quelqu'un lui dit : Seigneur, n'y aura-t-il que peu de gens sauvés ? Il leur répondit : 24 Efforcez-vous d'entrer par la porte étroite. Car, je vous le dis, beaucoup chercheront à entrer et ne le pourront pas. 25 Dès que le maître de maison se sera levé et aura fermé la porte, et que, restés dehors, vous commencerez à frapper à la porte et à dire : « Seigneur, ouvre-nous ! », il vous répondra : « Vous, je ne sais pas d'où vous êtes. » 26 Alors vous commencerez à dire : « Nous avons mangé et bu devant toi, et tu as enseigné dans nos grandes rues ! » 27 Et il vous répondra : « Vous, je ne sais pas d'où vous êtes ; éloignez-vous de moi, vous tous qui commettez l'injustice ! » 28 C'est là qu'il y aura des pleurs et des grincements de dents, quand vous verrez Abraham, Isaac, Jacob et tous les prophètes dans le royaume de Dieu, et que vous serez chassés dehors. 29 On viendra de l'est et de l'ouest, du nord et du sud pour s'installer à table dans le royaume de Dieu. 30 Ainsi, il y a des derniers qui seront premiers et des premiers qui seront derniers.






Les portes du salut se fermeront-elles à tout jamais devant les pas de celui qui cherche à se sauver par lui-même,  c’est le problème posé ici par les interlocuteurs de Jésus. Ce n’est pas en accumulant des actes qui sont sensés plaire à Dieu que l’on gagne son salut ! Les bonnes actions et les dévotions font partie de toutes ces actions vides d’avenir si elles n’ont d’autre but que d’attirer l’attention de Dieu sur celui qui les commet. Depuis longtemps l’Ecclésiaste a attiré l’attention du lecteur biblique pour le mettre en garde contre la vanité des entreprises humaines qui ne visent qu’à valoriser leur auteur.



Ces réflexions blasées devraient aider le lecteur à comprendre ici les propos de Jésus qui semblent confirmer l’affirmation selon laquelle celui qui cherche à être sauvé par ses propres moyens ne fait qu’entreprendre une vaine poursuite du vent qui le mène à la vanité et non pas au salut. Sans doute faut-il que celui qui cherche le salut comprenne que ce n’est pas une chose qu’il peut acquérir mais c’est une chose qui lui est donnée sans qu’il cherche à s’en saisir. Encore faudra-t-il qu’il découvre ce que signifie « être sauvé » ! Quel danger le menace-t-il pour qu’il cherche à en être sauvegardé et contre lequel il devrait être protégé ? Où donc est le péril ?





Cette recherche est vide de sens si on ne dit pas ce que l’on redoute. Ainsi sommes-nous entourés de gens qui ont peur de quelque chose qu’ils n’arrivent pas à définir. Ce n’est pas un travers du Moyen Âge contre lequel la Réforme a essayé d’apporter des solutions, ce n’est pas un travers contemporain qui serait alimenté par l’angoisse causée par l’avenir de la planète ! Cela existait déjà du temps de Jésus. Et Jésus essaye de répondre à cette préoccupation en dénonçant le mal fondé de leurs angoisses. Il a longuement dénoncé ces angoisses qui reposaient sur la crainte d’un jugement de Dieu. Il a voulu rassurer ceux qui au dernier jour redoutaient que les bons soient séparés des mauvais comme l’on sépare les brebis d’avec les boucs ou le blé de l’ivraie.



Si aujourd’hui la crainte du jugement s’est estompée, les hommes cherchent toujours à tirer inconsciemment profit de leurs bonnes actions si bien que quand un coup du sort les frappe, ils expriment leur incompréhension en disant qu’ils ne méritaient pas cela.



Bien que Jésus ait formulé des réponses claires, les humains ne semblent pas les entendre et cherchent inconsciemment à faire du bien pour que cela leur soit porté à crédit. Pourtant ils savent que les critères de Dieu ne sont pas les mêmes que les leurs. Jésus nous montre que pour Dieu tous les hommes entrent dans la même catégorie, car aucun ne serait capable de se tenir devant lui à cause de l’excellence de ses vertus. Cependant Dieu ne fait pas d’exception, il aime tous les hommes et propose à chacun d’entre eux de partager leur vie et de cheminer sur la même route qu’eux. Le salut n’est donc pas réservé au petit nombre des vertueux, mais il consiste à savoir que Dieu habite en nous et travaille notre esprit pour que nous nous impliquions dans un mode de vie qui lui convient.



Les premiers visés sont sans doute tous les gens de la communauté de ceux qui ont suivi Jésus et qui n’ont toujours rien compris bien qu’ils rompent le pain avec lui et partagent sa coupe tous les jours. Ils ont beau communier régulièrement, ils ont beau écouter la prédication de l’Évangile, ils ont beau venir au culte le dimanche, ils continuent à ne rien comprendre. Ils se croient supérieurs aux autres parce qu’ils font partie des intimes du Seigneur. Ils ont tort. Leur compagnonnage avec le Seigneur ne les rend pas meilleurs que les autres et ne leur garantit en rien leur salut, puisque le salut ne correspond à aucun critère de vertu.



Jésus semble avoir ouvert ici la boîte de Pandore en mettant à mal tous les arguments de ceux qui se croient sauvés par leurs propres vertus. Il évoque dans cet enseignement qui paraît un peu décousu tous les personnages qui nous sont déjà rendus familiers par les paraboles que Jésus a racontées.



Il commence par parler de la porte étroite. Il fait peut être allusion à une des portes de Jérusalem qui était si étroite que l’on devait décharger les chameaux pour qu’ils puissent la franchir. Jésus s’est sans doute servi de cette particularité pour en tirer un enseignement selon lequel il était plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le Royaume de Dieu. Il signifiait par là qu’aucune qualité humaine ne permettait de s’approprier le Royaume de Dieu, pas même la richesse grâce à laquelle on pouvait faire de nombreuses générosités et améliorer le sort des plus démunis.



En parlant de la porte fermée au nez des amis, on reconnait la parabole des cinq vierges sages et des cinq vierges folles ? Les vierges folles qui n’ont pas d’huile ne pourront s’en procurer nulle part ni l’échanger avec leurs copines. L’huile signifierait-elle la foi qui ne peut se monnayer en aucune façon ? Les bonnes grâces de Dieu ne s’achètent pas elles nous sont données dans une relation toute personnelle avec Dieu. Cette relation est toujours possible sauf au cas où la vie s’arrête. A ce moment-là nul ne peut dire la suite de l’histoire qui nous est suggérée par la parabole du pauvre Lazare et du riche inconscient. Ce dernier arrivé dans l’au-delà ne peut accéder à Dieu malgré sa bonne volonté, et c’est malgré lui qu’il voit Lazare en compagnie d’Abraham et des patriarches jouissant de la béatitude éternelle.



Bien évidemment ce n’est pas la fin de ces paraboles qu’il faut retenir comme enseignement, mais l’impossibilité d’acquérir par ses propres moyens les faveurs de Dieu. En faisant allusion d’une manière plus ou moins voilées à des paraboles déjà prononcées Jésus veut rappeler qu’il a de nombreuses fois prêché sur ce même type d’enseignement. Les hommes ont en effet du mal à comprendre que c’est Dieu lui-même qui vient à leur rencontre. C’est Dieu lui-même qui multiplie les occasions pour que chacun d’entre nous réalise que c’est lui qui frappe à la porte de notre cœur et qui nous sollicite pour que nous lui ouvrions.



Les valeurs sont complètement renversées. Ce n’est pas l’homme qui cherche Dieu, c’est Dieu qui le cherche. Ce n’est pas l’homme qui trouve Dieu, c’est Dieu qui trouve l’homme. L’initiative n’appartient pas à l’homme mais à Dieu. Le salut est donc l’état de celui qui sait que Dieu l’a trouvé et qui a su répondre à cette situation. On ne gagne pas son salut, mais on découvre que l’on est sauvé.



Dans ce récit, Jésus ne ferme la porte à personne pour le priver de son salut, mais il ferme la porte à toutes les mauvaises idées qui nous passent par la tête et que nous croyons bonnes pour attirer Dieu sur notre chemin. Ce n’est donc pas pour être sauvés que nous faisons de bonnes actions, c’est parce que nous savons que nous sommes visités par Dieu, qu’il habite en nous et qu’il nous inspire les bonnes actions que nous faisons. Nous pouvons d’ailleurs être visités par lui sans en avoir encore pris conscience. Nous sommes donc invités à voir les choses d’une toute autre manière. C’est pour cela que l’Évangile de Matthieu commence par les béatitudes qui proposent une lecture des événements de ce monde en contradiction totale avec la réalité apparente de nos sociétés :




« Heureux les pauvres en esprit, car le Royaume des cieux est à eux, Heureux ceux qui pleurent, ils seront consolés, Heureux ceux qui sont doux car ils hériteront la terre, Heureux ceux qui ont faim et soif de justice car ils seront rassasiés, Heureux les miséricordieux car ils obtiendront miséricorde, Heureux les cœurs purs car ils verront Dieu, Heureux ceux qui procurent la paix car ils seront appelés fils de Dieu, Heureux ceux qui sont persécutés, car le Royaume des cieux est à eux, Heureux serez-vous lorsque l’on vous insultera, car votre récompense sera grande dans les cieux. »


mardi 6 août 2019

Luc 12/49-53 Jéssus face à la réalité de son ministère dimanche 18 août 2019


Luc 12/49-53


49 Je suis venu jeter un feu sur la terre ; comme je voudrais qu'il soit déjà allumé ! 50 Mais il y a un baptême que je dois recevoir, et quelle angoisse est la mienne, tant que je ne l'ai pas reçu ! 51 Pensez-vous que je sois venu pour apporter la paix sur la terre ? Non, mais la division. 52 En effet, à partir de maintenant, s'il y a cinq personnes dans une famille, elles seront divisées trois contre deux, et deux contre trois. 53 Le père sera contre le fils et le fils contre son père ; la mère contre sa fille, et la fille contre sa mère : la belle-mère contre sa belle-fille, et la belle-fille contre sa belle-mère.

54 Puis, s'adressant de nouveau à la foule, Jésus reprit : Quand vous voyez apparaître un nuage du côté de l'ouest, vous dites aussitôt : « Il va pleuvoir », et c'est ce qui arrive. 55 Quand le vent du sud se met à souffler, vous dites : « Il va faire très chaud », et c'est ce qui arrive. 56 Hypocrites ! Vous êtes capables d'interpréter correctement les phénomènes de la terre et les aspects du ciel, et vous ne pouvez pas comprendre en quel temps vous vivez ? 57 Pourquoi aussi ne discernez-vous pas par vous-mêmes ce qui est juste ? 58 Ainsi, quand tu vas en justice avec ton adversaire, fais tous tes efforts pour t'arranger à l'amiable avec lui pendant que vous êtes encore en chemin. Sinon, il te traînera devant le juge, celui-ci te remettra entre les mains des forces de l'ordre qui te jetteront en prison. 59 Or, je te l'assure, tu n'en sortiras pas avant d'avoir remboursé jusqu'à la dernière petite pièce.



Sans doute Jésus était-il lucide sur lui-même. Il ne s’est pas laissé prendre  au succès apparent qu’il obtenait   auprès de la poignée de ses fidèles qui partageaient  en partie sa vie. Il savait que ses amis se posaient des questions à son sujet et que certains avaient même cessé de le suivre. Mais il savait aussi que l’Evangile qu’il voulait proclamer en était le prix. Il rendait témoignage à un Dieu au nom duquel certains prophètes avaient perdu la vie avant lui. Esaïe en en fait le portrait dans les chants du serviteur souffrant à qui on avait même arraché la barbe.  Jérémie  avait douté de ce même Dieu et de la charge qu’il lui avait confiée et avait maudit le jour de sa naissance. Jonas quant à lui, tourna le dos à la mission qu’il lui avait été assignée, croyait-il.


 Jésus ne s’opposait pas vraiment au Dieu que la loi de Moïse avait révélé, mais il contestait ce que la religion en avait fait.  Il s’intéressait d’abord et avant tout au prochain et le prochain c’était l’autre quel qu’il soit. Dans les rapports humains, c’était toujours l’autre qui devait avoir  priorité. L’autre n’était pas forcément le pauvre en opposition au riche. Jésus ne  demandait pas forcément de changer les rapports sociaux, mais c’est à l’autre, à tous les autres à qui Dieu donnait priorité. Le mendiant n’était pas plus que le roi, mais le roi  n’était pas plus que le mendiant. Celui qui avait priorité, c’est celui  avec qui chacun était en relation immédiate. La hiérarchie qu’il préconisait, c’est que l’autre devait passer avant moi. La femme avant l’homme, l’enfant avant l’adulte.


En commençant mon propos, je crains  que vous ne soyez  choqués par ce que je vais dire au sujet de Jésus, car en voulant être fidèle à ce texte, vous allez  découvrir que je ne vais pas tracer de Jésus un portrait avenant, conforme à celui que la tradition a retenu.  Il était lui-même bien conscient que son enseignement allait créer des dissensions parmi ses amis et  que même sa propre famille allait le rejeter.( voir la série d’articles que Réforme consacre actuellement à Jacques frère de Jésus). Il ne se priva pas lui-même de prendre ses distances par rapport à sa mère et ses frères.  Sans savoir si je m’y prends bien je vais prendre  la défense de Jésus quand il paraît excessif, mais je vais en même temps prendre le parti de ses amis quand ils seront tentés de le trahir et de le rejeter. 


En écoutant ce texte avec attention, nous réalisons que Jésus a créé un climat de discorde et  de suspicion autour de lui. Il a entraîné ses disciples à faire des gestes  provoquant qui ont choqué les hôtes de Jésus, comme le fait  de ne pas se laver les mains avant les repas. Il a lui-même invité des hôtes  non recommandables à la table de ceux qui l’invitaient à partager leurs repas. Comme ses amis nous sommes tentés de le désapprouver quand il semblait  choquer gratuitement. Nous allons  être tentés de rejoindre ceux qui ont trouvé qu’il allait trop loin et qui l’ont trahi. En fait,  c’est ce qu’on fait tous ses  lors de son arrestation.  Même si c’était un faux prétexte pour ne pas faire cause commune avec lui, ils se sont enfuis. Ils avaient peur de l’autorité qui  le faisait  l’arrêter, d’autant plus que  c’était en partie la garde du temple à la solde des grands prêtres. Ils avaient peur que les grands-prêtres les accusent de partager ses idées dont ils se désolidarisèrent ce soir-là. Puisque les soldats se  chargeaient du mauvais travail, autant laisser faire !  On agirait plus tard si c’était possible ! On nous raconte que Pierre osa le suivre de loin, et malgré ce geste courageux, qu’il fut le seul à faire, c’est lui qu’on accusa de trahison !


Pour le moment rejoignons Jésus sur les chemins de Galilée au printemps ! Pourquoi au printemps ? Parce qu’en bonne logique il devait prendre ses quartiers d’hier sur le bord du Lac dans la maison de Pierre, car il était nécessaire de  se mettre à l’abri quand le temps était froid.


Dès que le printemps arrivait, Jésus se mettait en route avec quelques-uns de ses disciples qui le suivaient en profitant de ses enseignements. Il était parfois accueilli chez quelques fidèles amis qui lui offraient le gîte et le couvert  tel Lazare et ses sœurs. Certains bourgeois le retenaient parfois pour le repas du soir. De nombreux textes attestent de cette éventualité, mais il n’était sans doute pas  rare qu’il établisse un campement pour la nuit. Certains passages le laissent entendre aussi. On peut facilement imaginer que quelques adeptes restaient  avec son petit groupe pour la nuit. Ils mangeaient avec eux ce qu’il y avait, partageaient sans doute les provisions qu’ils avaient apportées avec eux. C’était festif et récréatif. Les évangiles le racontent dans les 5 récits de la multiplication des pains. Pour la nuit, quand celle-ci était fraiche, c’était leurs manteaux qu’ils partageaient ou la couverture. Le matin, les uns repartaient à leur occupations habituelles, Jésus quant à lui, avec sa poignée d’amis reprenait son chemin jusqu’au soir où le rejoignaient d’autres amis, et cela se faisait au fil des jours. C’était sans doute difficile à vivre. Pour les hôtes occasionnels,  cela se faisait une fois, mais pour Jésus et ses disciples, c’était tous les jours. 


Eclairés  par cette vie austère l’enseignement de Jésus se colorait d’une manière singulière. Quel aspect pouvait prendre ce Royaume qu’il annonçait ? Était-ce cette vie de nomade  où tout le monde était le bienvenu,  où il fallait parfois, mendier son pain et se méfier à tout instant de la police de l’occupant ? On pouvait rêver mieux. Était-ce vraiment ce que Dieu leur demandait ? Ce Dieu était-il vraiment celui qui  allait tout changer  miraculeusement ?  Les disciples  pouvaient-ils construire leur foi naissante avec si peu ?


C’est dans ce contexte, et dans ces conditions que sont nés les Evangiles. On se doute bien que tout cela n’était pas sans leur poser de questions et Jésus s’en rendait compte. Il entendait et comprenaient leurs  désaccord. Il comprenait leur tentation de tout quitter et de revenir à leur vie d’avant, comme l’ont fait les deux disciples d’Emmaüs quand ça a mal tourné. A mesure que les jours passaient la tentation était sans doute de plus en plus forte de de tout abandonner si  Jésus ne changeait pas ses méthodes.


On a reproché à la foule qui suivait Jésus d’être fluctuante et versatile, mais elle partageait tous ces questionnements que l’on vient d’évoquer, Jésus le savait et  ne songeait pas à changer. Le Dieu d’amour qu’il proposait voulait-il faire d’eux d’éternels mendiants ? Tout cela  était-il porteur d’avenir ?  Sans doute faisaient-ils secrètement à Jésus le reproche  d’attirer les enfants à lui, de les cajoler, de donner des conseils à leur sujet, mais qu’en savait-il, lui qui n’avait pas d’enfants ? « Laissez venir à moi les petits enfants » ! Etait-ce cette vie de mendiants qu’il préconisait pour eux ? Il y avait de quoi s’inquiéter ! Le Royaume dont il faisait l’apologie ressemblait à un camp de réfugiés, et sans doute personne ne voulait-il de ça. 


Jésus savait bien que l’on n’attire pas les mouches avec du vinaigre, mais les foules, amadouées par ses propos, avides  des miracles qu’ils faisaient ne partageaient pas le quotidien de ses amis et Jésus sentait monter les hostilités. C’est ce qu’il exprime  ici dans ce passage.


Certes, j’ai pris beaucoup de libertés, mais j’ai essayé de dire dans quel contexte l’Evangile est né et quel portrait de Dieu en ressortait. Si la personne du prochain, c’est-à-dire de n’importe quel autre avait priorité dans les soucis de Jésus, il faut prendre conscience que ce prochain est le  compagnon imprévu de notre quotidien : Soldat, paysan, pharisien, samaritain. C’était ce que Dieu nous demandait ! Selon lui, Dieu était l’inspirateur silencieux de nos attitudes provocatrices,  justifiant le bien fondé de nos conduites surprenantes. Il visait à nous proposer un Royaume sans roi, sans privilège, sans dominant, impossible à réaliser avec seulement notre bonne volonté, mais révélateur de projets que Dieu inspire à ceux qui voient en lui celui qui nous donne l’audace de penser autrement.


C’est alors que la mort de Jésus et sa résurrection se sont chargées de nous révéler que toutes les utopies de Jésus n’étaient possibles que si Dieu s’en mêlait. C’est lui qui nous donne la possibilité de voir et de vivre  les choses autrement. Il met sur notre chemin  le prochain à aimer, sans se soucier des  conditions de notre rencontre, ni de conséquences qu’elle peuvent   entraîner. C’est lui qui décide de nos changements d’attitude et qui nous entraine à construire son Royaume, ce lieu où tous les prochains sont frères.

dimanche 28 juillet 2019

Luc 12/13-21 Dieu et le destin dimanche 4 août 2019


Luc 12/13-21

13 Du milieu de la foule, quelqu’un demanda à Jésus : « Maître, dis à mon frère de partager avec moi notre héritage. »

14 Jésus lui répondit : « Homme, qui donc m’a établi pour être votre juge ou l’arbitre de vos partages ? »

15 Puis, s’adressant à tous : « Gardez-vous bien de toute avidité, car la vie de quelqu’un, même dans l’abondance, ne dépend pas de ce qu’il possède. »

16 Et il leur dit cette parabole : « Il y avait un homme riche, dont le domaine avait bien rapporté.

17 Il se demandait : “Que vais-je faire ? Car je n’ai pas de place pour mettre ma récolte.”

18 Puis il se dit : “Voici ce que je vais faire : je vais démolir mes greniers, j’en construirai de plus grands et j’y mettrai tout mon blé et tous mes biens.

19 Alors je me dirai à moi-même : Te voilà donc avec de nombreux biens à ta disposition, pour de nombreuses années. Repose-toi, mange, bois, jouis de l’existence.”

20 Mais Dieu lui dit : “Tu es fou : cette nuit même, on va te redemander ta vie. Et ce que tu auras accumulé, qui l’aura ?”

21 Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui-même, au lieu d’être riche en vue de Dieu. »





N’en déplaise à ceux qui pensent le contraire, le hasard, ce n’est pas Dieu qui se promène anonymement sur notre terre. Les choses heureuses qui nous arrivent, sans que nous n’ayons rien fait pour les recevoir ne sont pas des cadeaux que  Dieu nous ferait en secret, et pourtant, ils sont nombreux ceux qui le croient ! De même, les coups du sort qui altèrent le cours de notre vie par des événements malheureux, ne sont pas le fait d‘un jugement que Dieu prononcerait contre nous pour nous punir de nos mauvaises actions. C’est ce que dit clairement Jésus en  ouverture de cette parabole quand il  refuse  de participer à l’attribution de l’héritage de son interlocuteur. Il exprime par cette courte remarque que ni Dieu,  par son intermédiaire, ni par l’intermédiaire de personne n’intervient dans les décisions du destin, qu’il nous soit favorable ou non. Pourtant sans le dire, beaucoup le croient quand même.

Qu’ai-je fait au bon Dieu pour que cela m’arrive ? Cette expression populaire n’aurait aucune valeur au regard de Jésus. Pas plus que n’aurait de valeur le fait que Dieu nous ferait des faveurs par les heureux événements qui se produisent dans notre vie. Mais c’est le propre de notre nature de croyant d’attribuer à  l’action de  Dieu l’origine des  événements qui nous arrivent. Il relève de notre nature  inquiète de raisonner ainsi. Nous avons tendance à chercher en Dieu des explications à ce qui n’en a pas. Mais justement ici, il est dit que Dieu ne semble pas être concerné.

Après avoir écartés ces arguments, Jésus remet les choses en place en racontant une parabole qui nous déconcerte et dont on a du mal à saisir la pointe. Il s’agit de l’aventure qui est  arrivée à un homme riche qui mourut au moment où il s’apprêtait à jouir des biens amassées tout au cours de sa vie. Nous nous sentons directement interpelés car notre société organise la vie de ses citoyens de la même manière que le fait cet homme, c’est le sujet d’une des toutes prochaines lois qui se préparent et qui utilise  ce principe pour discuter de l’avenir de nos retraites. Nous  prévoyons nous aussi notre vie en préparant le moment où  nous arrêterons de travailler pour couler en fin de vie des jours heureux. Nous sommes persuadés, quand tout cela se passe bien, que ce n’est que justice de profiter des fruits de notre labeur.

La fin de cette histoire nous met mal à l’aise, et nous aimerions lui trouver  une cause logique. Or elle n’en a pas !  Dieu contrairement à ce que nous souhaitons n’intervient pas. Il dit simplement les faits : « tu mourras » On aimerait trouver la faille en culpabilisant d’une manière ou d’une autre cet homme à cause d’une richesse qu’il aurait injustement gagnée. Mais rien n’est dit qui pourrait le laisser penser. On se dit quand  même qu’il aurait pu faire profiter ses héritiers, enfants ou petits-enfants de cette fortune, au lieu de tout amasser comme un gros égoïste. Mais c’est dans notre tête que cela se passe, le texte n’en dit rien, ni de ses héritiers éventuels ni de son égoïsme. La parabole n’émet aucun jugement de caractère  moral contre cet homme.

Cette parabole  nous renvoie à notre propre réflexion sur Dieu et à la valeur de la vie.      C’est sans doute dans cette direction   que ce texte veut nous entraîner. En effet, au cours de sa réflexion intime l’homme exprime son autosatisfaction  et s’adresse à son âme en une expression qui nous paraît curieuse : «  mon âme réjouis-toi » dit-il, et la parabole continue par une parole qui vient de Dieu. Elle  n’est pas un jugement mais un simple constat: « cette nuit, ton âme te sera redemandée » comme si le hasard avait choisi de se manifester à ce moment-là, sans aucune consigne venu d’une puissance quelconque.

Jésus n’approfondit pas la question mais, c’est le mot « âme » utilisé par trois fois qui nous interpelle. 

Qu’est-ce que l’âme dans le langage biblique ? Nous savons qu’elle est le véhicule de la vie et que la vie a Dieu pour origine. En mentionnant par trois fois  l’âme dans  ce passage  Jésus cherche à nous rappeler que nous appartenons à cet ensemble qui est le monde du vivant sur terre et qu’on ne peut organiser sa propre existence sans se soucier du vivant dont nous faisons partie. C’est par le biais du souci de son âme que  nous réalisons que cet homme est égoïste et que c’est son égoïsme qui constitue sa pierre d’achoppement car c’est de sa seule existence qu’il il s’est soucié jusqu’alors.

Il nous est difficile de ne pas approfondir cette parabole sans tenir compte de la valeur de l’âme en  langage biblique et de ne pas établir une coïncidence avec l’actualité qui préoccupe tant nos contemporains qui s’interrogent sur la mise en danger du vivant par le comportement irresponsable des hommes. Il serait cependant inconvenant de vouloir faire partager à Jésus nos idées sur l’écologie, en faisant dire aux Ecritures ce qu’elles ne disent pas. Il est clair cependant que la Bible contient des notions que l’on retrouve dans les questions d’actualité.  Nous y trouvons notamment la notion du fait que l’homme est partie prenante du monde du vivant et qu’il a une responsabilité dans son bon fonctionnement. Le reproche  qui semble être sous-jacent à l’histoire de  cet homme c’est qu’il n’a tenu aucun compte du vivant dont il fait partie.

Le récit s’organise autour de lui comme si sa situation de privilégié était un acquis incontestable et qu’il pouvait faire de la nature ce qu’il en voulait. Cela relevait de son bon droit. Il pouvait  amasser à son profit tout ce qu’il pouvait. Le petit entrefilet qui précède la parabole y a justement était placé pour dire en préliminaire que Dieu ne joue aucun rôle dans l’attribution des privilèges de chacun et que Dieu ne manipule pas le hasard en notre faveur, si bien que nous n’avons aucun droit à être privilégié. Quoi qu’il en soit des situations qui nous favorisent, il relève de notre responsabilité de les gérer en fonction du vivant au milieu duquel nous existons.

Nous sommes donc invités à méditer sur le fait que Dieu n’a aucune responsabilité dans les acquis que nous confère notre propre situation : fortune, intelligence, lieu de naissance.  Mais compte tenu de notre situation personnelle il nous invite à prendre nos responsabilités. C’est bien d’ailleurs ce que nous dit l’Evangile en d’autres endroits, en particulier dans le fameux «  aime ton prochain comme toi-même » qui fait écho au « aime ton Dieu de tout ton cœur de toute ton âme et de toute ta force » qui veut dire la même chose. Nous ne pouvons pas vivre indépendamment de tout ce qui vit autour de nous et rien ne nous privilégie par rapport aux autres.




Même dans une parabole où n’intervient en aucune façon le jugement de Dieu, l’Evangile laisse percer l’idée que nous sommes dans  un univers où le souci au sujet de tout ce qui concerne le vivant est une chose essentielle, que Dieu est partie prenante de cet équilibre de la nature  et que nous avons une responsabilité vitale dans la gestion de cet équilibre.