mardi 5 janvier 2016

Jean 2:1-12 Les noces de Cana - dimanche 17 janvier 2016



Les noces de Cana: Jean 2:1-12

1 Le troisième jour, il y eut des noces à Cana de Galilée. La mère de Jésus était là. 2 Jésus aussi fut invité aux noces, ainsi que ses disciples. 3 Comme le vin venait à manquer, la mère de Jésus lui dit : Ils n'ont pas de vin. 4 Jésus lui répond : Femme, qu'avons-nous de commun en cette affaire ? Mon heure n'est pas encore venue.

5 Sa mère dit aux serviteurs : Faites tout ce qu'il vous dira. 6 Il y avait là six jarres de pierre, destinées aux purifications des Juifs et contenant chacune deux ou trois mesures. 7 Jésus leur dit : Remplissez d'eau ces jarres. Ils les remplirent à ras bord. 8— Puisez maintenant, leur dit-il, et portez-en à l'organisateur du repas. Ils lui en portèrent. 9 Quand l'organisateur du repas eut goûté l'eau changée en vin — il ne savait pas d'où venait ce vin, tandis que les serviteurs qui avaient puisé l'eau le savaient — il appelle le marié 10 et lui dit : Tout homme sert d'abord le bon vin, puis, quand les gens sont ivres, le moins bon ; toi, tu as gardé le bon vin jusqu'à présent.

11 Tel fut le commencement des signes de Jésus, ce qu'il fit à Cana de Galilée. Il manifesta sa gloire, et ses disciples mirent leur foi en lui. 12 Après cela, il descendit à Capharnaüm avec sa mère, ses frères et ses disciples, et ils n'y demeurèrent que peu de jours.

Les jeunes gens qui préparent leur mariage vont être déçus car ils ne trouveront ici aucune indication pour préparer le leur. En effet, il s’agit bien d’un mariage qui nous est raconté ici, mais on ne nous dit rien de la cérémonie. On dit que le mariage est le moment où deux familles s’associent, mais ici on ne rencontre pas les familles. On a tant dit de choses sur les mariages et Jésus n’en dit rien ! En fait la tradition veut que tout conflit soit évité lors de telles manifestations. Tout le monde est prié d’être joyeux ou de faire comme si ! Les mots acides, les paroles blessantes n’y ont pas lieu d’être, ou alors à mots couverts pour qu’on n’y entende pas les dissonances.

Si de telles pratiques sont de rigueur, c’est qu’au centre de la fête, il y a les mariés. Aucune ombre ne doit marquer ce jour car elle risquerait de leur porter préjudice et d’entacher le reste de leurs jours. Les mariés président la table alors que d’habitude, en d’autres circonstances ce sont les notables qui le font. Si les jeunes prennent ainsi le pas sur les vieux en cette occasion c’est que l’on donne priorité à l’espérance de vie que représente le jeune couple tant il porte en lui un avenir prometteur.


L’Évangile de ce jour nous présente un mariage où apparemment les règles que je viens d’édicter ne sont pas respectées. Il s’agit d’un mariage où les mariés sont absents. L’ordonnancement de la fête est mal fait et les personnages de l’Évangile que l’on retrouve ici ne sont pas dans leur rôle. Marie qui est la première nommée prend le pas sur Jésus et se mêle de ce qui ne la regarde pas. Jésus, mis en cause rabroue sa mère. Mais si elle n’est pas dans son rôle de mère, quel est vraiment le rôle de Marie ? C’est sur son instigation que Jésus fait un miracle, mais ce miracle était-il bien utile ? Jésus le fait en catimini, comme s’il avait honte de donner à boire à des gens déjà ivres si bien que les gens responsables du repas et le marié lui-même qui fait ici une furtive apparition dans le texte n’en savent rien. Et les choses qui n’étaient pas conformes aux usages entrent dans l’ordre sans même que l’on sache s’il y avait eu vraiment du désordre. Étonnant, non ?

Il y avait donc du désordre et personne ne le savait. C’est la mère de Jésus qui s’en aperçoit et elle prétend y remédier avec l’aide de son fils. Pour y remédier, Jésus doit prendre la place du mari, ce qui n’est pas très indiqué quand on est invité à une noce. Jésus doit se substituer à lui en intervenant dans l’ordonnancement des boissons. En prenant pour un instant le rôle de l’époux, le désordre cesse. Et c’est peut être bien à ce constat que le récit veut nous amener.

Pourquoi donc nous avoir raconté un mariage où les choses vont de travers et où l’auteur ne nous dit pas qui se marie. On ne nous dit pas qui sont les amis qui entourent les mariés invisibles qu’on ne connaît pas et qu’on ne connaîtra jamais. On ne voit pas pourquoi on nous a raconté cette histoire si non pour nous dire que Jésus s’est fait manipuler par sa mère pour faire un miracle contestable que personne, ou presque ne remarque. Et c’est Marie qui a eu cette surprenante idée.

On a l’habitude de lire ce texte en focalisant notre attention sur le miracle et on oublie ce qu’il y a d’inhabituel dans le contexte. On nous a dit que l’Évangile devait être surprenant! Présenté sous le jour où je l’ai fait, ce passage est peut être trop surprenant.  Compte tenu de toutes ces anomalies, je vais vous entraîner à le lire d’une manière symbolique. Apparemment ce n’est pas le récit de la noce qui est important, ni le miracle d’ailleurs mais ce sont toutes ces circonstances que je viens de pointer. L’intérêt du récit est peut être dans cette relation curieuse qu’il y a entre Marie et Jésus où ils semblent être à la fois en situation d’opposition et de complicité  relative.

Le mariage se place habituellement au début de la vie d’un couple. Quoi qu’aujourd’hui on nous ait habitués à quelques variantes sur la question. Le mariage donc est une fête qui se déroule au début d’une aventure conjugale. Si on réalise que l’on est au début de l’Évangile, il n’est pas impossible de penser que ce mariage pourrait bien être celui de l’Église avec le Christ. Depuis l’origine des temps, le couple formé par Dieu et les hommes ne marche
pas bien. L’histoire de l’Ancien Testament nous raconte la relation orageuse entre Dieu, qui s’offre comme époux à l’humanité et Israël présentée comme son épouse. Le prophète Osée de bien heureuse mémoire a du symboliser dans sa propre vie l’union entre Dieu et Israël. Dieu lui demande d’épouser une prostituée. Telle est la promise de Dieu, tel est son peuple.

Nous avons vu que Jésus prend ici subrepticement le rôle de l’époux. Serait-il le futur époux du peuple de Dieu ? Est-ce pour cela qu’il est si discret ? Le récit de ce mariage commence par l’expression : Trois jours après ! Mais après quoi ? Nous savons bien que le 3 eme jour est le jour de la résurrection. Ce récit des noces de Cana ne peut donc être lu que dans le contexte de la résurrection. Et comme à la résurrection, Marie était là. Marie a toujours joué un double rôle, elle est mère de Jésus et elle est figure de l’Église qu’elle anticipe. En tant que mère, elle porte toute la tradition du peuple d’Israël et en tant qu’Église, elle en est l’héritière. C’est elle, en tant que porteuse de la tradition qui reconnaît en Jésus le Fils de Dieu et c’est elle qui en tant qu’Église est témoin de la résurrection et devient servante du Seigneur.

 La prière de Marie exprimée dans son intervention : « ils n’ont plus de vin » signifie que bien qu’enivrés de tous les biens que Dieu leur donne depuis toujours, les hommes ne sont toujours pas désaltérés, ils n’ont toujours pas compris le mystère de Dieu ! Et Marie exprime alors les revendications d’une humanité qui n’a toujours rien compris au projet de Dieu. Marie messagère des hommes porte leurs revendications devant  le Christ. Est-elle dans le rôle du Saint Esprit étrangement absent dans ce récit  ou dans celui de l’Église ?  Peut-elle est-elle dans les deux ?   Elle est dans celui du Saint Esprit qui révèle les mystères de Dieu aux hommes  et dans celui de l’Eglise qui, porteuse de l’Esprit remplit les mêmes fonctions ? Pauvrette Église douteras-tu encore longtemps de ta destinée ?

Marie, peuple de Dieu, Marie Église de Jésus Christ en devenir,  Marie image de l’Esprit Saint, attire l’attention de Jésus sur le vin qui risque de manquer. Le vin c’est la joie donnée par Dieu et l’espérance de la vie. Mais les hommes aspirent à un autre vin, un vin nouveau. Jésus le leur offre. C’est Marie devenue symbole du Saint Esprit qui le leur révèle et c’est Marie image de l’Église qui le manifeste au monde.  Ce vin c’est bien entendu ce vin partagé au soir du vendredi saint, quand Jésus ouvre l’éternité à son Église en devenir. Le vin qui faisait  défaut, c’était  la joie du Royaume, manifesté dans la résurrection. Mais la résurrection ne prend de signification profonde que si Jésus la donne en se donnant, comme l’époux quand il se donne à son épouse.

Jésus en se retournant vers Marie, l’Église, l’interroge sur la teneur de sa foi et l’on sent des reproches dans le ton de sa voix. A-t-elle enfin compris qu’il est venu pour faire toute chose nouvelle ? Six jarres de vin nouveau suffiront-elles à apaiser nos doutes et à fortifier notre foi ? Non certes ! Les 6 jarres à nouveau pleines nous aideront sans doute à grandir sur le chemin de la foi, mais il n’y a que 6 jarres et non sept, comme on pourrait s’y attendre dans un langage symbolique. Il n’y a que 6 jarres, cela signifie que la Création n’est toujours pas achevée. Il faudra encore attendre que la 7 eme jarre nous soit offerte, que le 7 eme jour ait commencé pour que l’union du Christ et de son Église puisse être célébrée dans une harmonie enfin retrouvée.

Les choses commencées dans le désordre sont en train de rentrer dans l’ordre, la création continue à évoluer vers sa perfection qui se manifestera totale
ment quand nous verront les serviteurs apporter la septième jarre de vin nouveau. Cette septième jarre est encore à venir. Et les serviteurs qui la préparent, qui sont-ils ? Mais c’est vous bien sûrs qu’ils symbolisent. Ils préparent par leurs actions, par leur témoignage et par leur foi le Royaume qui vient. Ils accomplissent les désirs de Marie qui sait de quelle espérance les hommes ont besoin et qui la réclame à son fils. Elle est l’Église, remplie de l’Esprit qui intercède pour le monde quand elle prie en disant « que ton règne vienne ». Ainsi, sommes-nous invités, dès l’ouverture de l’Évangile à nous laisser abreuver de nouveauté et d’espérance par Jésus qui veut rester discret au cœur de la foule des hommes pour que leur espérance se colore d’audace et de foi.

Aucun commentaire: